Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
C'est la fin (This is the End)


USA / 2013

09.10.2013
 



TANDIS QUE NOUS AGONISONS...





«- James Franco n'a sucé aucune bite hier soir?»

This Is The End, ou comme l’a chanté Adele pour le générique de James Bond « This is the end, hold your breath and count to ten, feel the earth move and then… ». Cela aurait pu faire une bonne phrase d’introduction pour ce film. Bien sûr nous ne sommes pas ici face à un James Bond, ou tout autre film de ce genre, ou même un pastiche de la franchise. Nous sommes confrontés à une comédie qui sait nous faire sursauter.
Cette comédie catastrophe regroupe un certain nombre de stars - James Franco, Jonah Hill, Seth Rogen, Jay Baruchel, Danny McBride, etc... -, on y voit même la chanteuse Rihanna qui se fait engloutir par un "sinkhole" (gouffre) qui apparaît en plein milieu d’Hollywood devant la maison de James Franco. Car ici chaque acteur joue son propre rôle. C’est un foisonnement de caméos dont on verra une bonne partie des protagonistes disparaître au cours du film. Ces caméos permettent une large possibilité de blagues et de parodies des différents rôles qu’on pu avoir les vedettes. Ainsi Emma Watson dont quelqu'un moque son personnage légendaire dans Harry Potter : « Hermione just stole all of our shit », l’une des meilleures punchlines du film parmi beaucoup d’autres. Le film sait aussi jouer avec les rumeurs et les réputations (l'homosexualité supposée et pas avérée de James Franco).

De nombreuses références à des films, comme Pineapple Express (dont les personnages tournent « la suite » en version amateur), 127 heures, L’exorciste pimentent l'exercice apocalyptique … Comme une mise en abyme de l'industrie du divertissement. Quelqu’un ne connaissant pas tous les films référencés pourra peut être se retrouver un peu perdu par moment, ou ne comprendra peut être pas une blague, mais cela n’empêche en rien la compréhension du récit. Et This is the End procure malgré cela du bon temps dans un univers hollywoodien auto-parodié.

Cette auto-dérision est d’ailleurs appréciable en ces temps de crise et de grisaille. Cette comédie déjantée s'achève sur le summum du vide culturel américain (ce n'est certainement pas innocent, l'enfer n'est pas loin) avec un boysband comme on en faisait dans les années 1990.
En l’occurrence, après avoir fait mourir toutes ses stars, This Is The End, on nous ressuscite les Backstreet Boys, pour un final explosif.
 
antoine

 
 
 
 

haut