Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 12

 
Jasmine


France / 2013

30.10.2013
 



L’IMAGE DÉMARQUANTE





"Elle voulait rester, moi non."

On est tout d’abord charmé par l’idée de départ d’Alain Ughetto : utiliser l’imagerie naïve de la pâte à modeler au service d’un documentaire atypique relatant une déchirante histoire d’amour dont il n’existe quasiment pas d’images. Exactement comme Rithy Panh dans L’image manquante, le cinéaste comble ce vide par des figurines qui deviennent le symbole d’êtres disparus. Lui fait le choix de les animer et de redonner vie à un passé que l’on sent douloureux mais chéri. Certaines séquences s’avèrent d’une poésie touchante, lorsque les deux couleurs de pâte à modeler se mêlent et fusionnent. D’autres sont plus anecdotiques, et semblent principalement là pour meubler en illustrant un peu platement le récit en voix-off.

Ainsi, malgré la singularité du procédé, ce déséquilibre dans la construction empêche le spectateur d’y adhérer totalement. Il reste un peu extérieur aux souvenirs de jeunesse du narrateur et à la manière dont l’Histoire, et le choc entre leurs deux cultures, a irrémédiablement séparé les deux amants. Alain Ughetto a beau présenter sans fard ni pathos cette histoire d’amour sacrifiée, on est presque gêné de le voir exposer ainsi un intime qui ne parvient jamais à se muer en universel.
 
MpM

 
 
 
 

haut