Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 12

 
Jasmine


France / 2013

30.10.2013
 



L’IMAGE DÉMARQUANTE





"Elle voulait rester, moi non."

On est tout d’abord charmé par l’idée de départ d’Alain Ughetto : utiliser l’imagerie naïve de la pâte à modeler au service d’un documentaire atypique relatant une déchirante histoire d’amour dont il n’existe quasiment pas d’images. Exactement comme Rithy Panh dans L’image manquante, le cinéaste comble ce vide par des figurines qui deviennent le symbole d’êtres disparus. Lui fait le choix de les animer et de redonner vie à un passé que l’on sent douloureux mais chéri. Certaines séquences s’avèrent d’une poésie touchante, lorsque les deux couleurs de pâte à modeler se mêlent et fusionnent. D’autres sont plus anecdotiques, et semblent principalement là pour meubler en illustrant un peu platement le récit en voix-off.

Ainsi, malgré la singularité du procédé, ce déséquilibre dans la construction empêche le spectateur d’y adhérer totalement. Il reste un peu extérieur aux souvenirs de jeunesse du narrateur et à la manière dont l’Histoire, et le choc entre leurs deux cultures, a irrémédiablement séparé les deux amants. Alain Ughetto a beau présenter sans fard ni pathos cette histoire d’amour sacrifiée, on est presque gêné de le voir exposer ainsi un intime qui ne parvient jamais à se muer en universel.
 
MpM

 
 
 
 

haut