Avec Tolkien n'est pas seulement le récit de la jeunesse du célèbre écrivain, incarné par Nicholas Hoult. C'est aussi un assemblage des influences et inspirations qui ont conduit l'auteur à écrire la saga culte du Seigneur des anneaux.



Anna, un jour
Beaux-parents
Bernard Natan, le fantôme de la rue Francœur
Bunuel après l'âge d'or
Child's Play
Contre ton cœur
Dirty God
Le choc du futur
Le Daim
Les Frenchmen
Little
Nevada
Noureev
Porte sans clef
Silence
Tolkien



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir



Triple frontière
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 11

 
Jasmine


France / 2013

30.10.2013
 



L’IMAGE DÉMARQUANTE





"Elle voulait rester, moi non."

On est tout d’abord charmé par l’idée de départ d’Alain Ughetto : utiliser l’imagerie naïve de la pâte à modeler au service d’un documentaire atypique relatant une déchirante histoire d’amour dont il n’existe quasiment pas d’images. Exactement comme Rithy Panh dans L’image manquante, le cinéaste comble ce vide par des figurines qui deviennent le symbole d’êtres disparus. Lui fait le choix de les animer et de redonner vie à un passé que l’on sent douloureux mais chéri. Certaines séquences s’avèrent d’une poésie touchante, lorsque les deux couleurs de pâte à modeler se mêlent et fusionnent. D’autres sont plus anecdotiques, et semblent principalement là pour meubler en illustrant un peu platement le récit en voix-off.

Ainsi, malgré la singularité du procédé, ce déséquilibre dans la construction empêche le spectateur d’y adhérer totalement. Il reste un peu extérieur aux souvenirs de jeunesse du narrateur et à la manière dont l’Histoire, et le choc entre leurs deux cultures, a irrémédiablement séparé les deux amants. Alain Ughetto a beau présenter sans fard ni pathos cette histoire d’amour sacrifiée, on est presque gêné de le voir exposer ainsi un intime qui ne parvient jamais à se muer en universel.
 
MpM

 
 
 
 

haut