Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Thor, le monde des ténèbres (Thor: The Dark World)


USA / 2012

30.10.2013
 



FOUDRE DE GUERRE





"- Tout va bien ! On est américaines !
- C’est censé nous rendre sympathiques ?
"

Est-ce bien sérieux ? Une once de mythologie, pas mal d’action et trois tonnes d’humour composent les ingrédients principaux de ce deuxième volet de Thor qui ne s’embarrasse ni de vraisemblance, ni de subtilités. Une fois posés les jalons de l’intrigue (un super méchant qui, cette fois-ci, a comme surprenant dessein de faire s’abattre l’obscurité sur l’univers, même si sa motivation reste assez obscure elle-aussi), le scénario se concentre sur les relations entre les personnages, et notamment sur les rapports entre Thor, son père et son frère, encombrante famille qui est toujours là pour lui mettre des bâtons dans les roues, sur le plan politique comme sentimental. Qui a dit que la vie de déité était simple ?

D’autant que notre malheureux héros doit aussi faire face au courroux de sa bien-aimée (Natalie Portman, toujours aussi décalée en chercheuse obsédée par la science), pas franchement ravie qu’il soit passé par la terre sans venir lui rendre une petite visite lors de sa participation à l’aventure Avengers. Le film distille d’ailleurs plusieurs clins d’œil à cette autre franchise Marvel championne du box-office, qui réunissait en 2012 Thor, Captain America, Hulk, Iron Man, la veuve noire et Œil de Faucon face au facétieux Loki (et qui sera de retour en 2015, cela a son importance). Au-delà de l’effet comique que cela crée (irrésistible caméo de Chris Evans en Captain America décérébré), cette manière d’inscrire le film dans une continuité narrative apporte une vraie consistance au scénario qui s’approche de la structure propre aux séries, dans lesquelles les personnages et leurs interactions comptent plus que les intrigues-prétexte.

Ainsi, derrière le déluge d’effets spéciaux (monstre de pierre, elfes noirs, décors majestueux…), les incursions sur la corde sensible et une esthétique du monumental qui en met plein les yeux, tout se joue finalement entre deux frères chamailleurs, en perpétuelle compétition, unis malgré eux dans un rapport de défiance et d’amour ambigu. Kenneth Branagh a beau avoir abandonné les rênes de la franchise, il y a toujours quelque chose de Shakespearien chez Thor. D’autant qu’il s’opère dans ce deuxième volet un rééquilibrage notable entre Thor et Loki. Tandis que le premier s’assagit et perd un peu en arrogance et en aura rebelle, le second s’impose clairement comme le personnage le plus intéressant du film, qu’il booste grâce à son humour, son ambiguïté jouissive et ses facultés d’auto-dérision. Plus trouble et plus manipulateur, Loki apparaît paradoxalement plus humain que son frère un peu trop parfait, aux faux airs de boy scout.

Autre atout de la franchise, jouer la carte du féminisme en imaginant des héroïnes qui portent la culotte. Pour une fois, une femme a le droit d’être guerrière (Sif) ou scientifique de haut niveau (Jane), et même de tenir tête froidement à un monstre flippant (Trigga). Bien sûr, quand il s’agit de femmes au fort caractère, le stéréotype n’est jamais loin non plus, et Natalie Portmann semble ainsi prendre un malin plaisir à distribuer des gifles à tours de bras, ou à surjouer les astrophysiciennes absorbées par ses recherches. Qu’importe, cela change des personnages féminins qui restent à la maison pour préparer le repas (Oblivion), qui s’occupent des enfants pendant que leur mari sauve le monde (World war Z) ou qui en sont encore à régler leur problème d’Œdipe en plein chaos apocalyptique (Pacific Rim).

Surtout que, dans Thor, le monde des ténèbres, le second degré semble globalement le fil conducteur. Rien ne semble en effet être pris au sérieux par les scénaristes, qui envisagent chaque situation sur un plan burlesque ou décalé. C’est d’autant plus flagrant dans la dernière partie du récit, où la perméabilité des univers rend toutes les facéties possibles. Les personnages sont ballottés aléatoirement d’un univers à un autre, où ils font toutes sortes de rencontres impromptues, le tout en continuant de se battre, ce qui apporte une dose d’humour salutaire au fameux face-à-face final qui, en général, est plutôt grandiloquent. Sans renouveler le genre, ou se démarquer violemment de ses concurrents, le film parvient ainsi au moins à échapper à ce qui a caractérisé les blockbusters de l’été : un ennui profond devant des scènes de combats et de destructions qui n’en finissent plus. Coup de tonnerre dans le petit milieu de l’industrie cinématographique hollywoodienne : rien ne vaut un peu de légèreté dans un monde de brutes en collants et justaucorps.
 
MpM

 
 
 
 

haut