Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Il était temps (About Time)


Royaume Uni / 2013

06.11.2013
 



IL ÉTAIT UNE FOIS… NON DEUX. EN FAIT, TROIS.





«- Laissons le passé tranquille »

Richard Curtis aime la complication. Ecrire une comédie romantique est assez inné chez lui, alors autant la mixer avec un autre genre, ici le voyage dans le temps. De la science-fiction à la romance-fiction. Il était temps est une « british rom com » typique, de son héros maladroit (trop roux, trop grand, trop coincé, trop maigre) à la magnifique princesse américaine (même si le coup de foudre n’a pas lieu à Notting Hill). Il y a aussi les seconds rôles (mention spécial au dramaturge cynique et drama-queen) qui apportent ce qu’il faut d’excentricité. C’est évidemment très bien casté, joliment écrit, sans faute de goût.

Et puis il y a quelques scènes bien inspirées, comme cette rencontre dans le noir, vous savez ce genre de restaurant où l’on est plongé dans l’obscurité totale. Pour le coup, c’est un véritable « Blind Date ». Tout s’enchaîne bien, sans forcément grande originalité. Les situations sont parfois drôlissimes, le scénario alambiqué comme il faut. L’effet papillon produit ce qu’il faut de rires et de charme.
Le voyage dans le temps est une donnée intéressante pour donner un peu de piment (même si quelques allers retours nous perdent dans notre appréhension cartésienne des événements, jusqu’à avoir un gros doute sur un voyage et ses conséquences). Le summum est évidemment lorsque les deux amoureux doivent faire l’amour la première fois (première fois qui se répétera jusqu’à l’extase la plus totale). Curtis prouve qu’il excelle dans l’absurde et dans le délire à l’anglaise (mariage pluvieux, mariage sans doute très heureux).

Et puis, soudainement, le film perd son fil. Curtis, en deuil personnel de son père, a altéré sa comédie en changeant d’objectif. Le sentimentalisme l’emporte. La morale s’invite. Le message devient trop appuyer et assez grossier. Fini de rire. Le bonheur total ne peux pas exister. La mort est une fatalité. Triste, touchant, le film ne souffre pas forcément de cette mélancolie. C’est le rythme qui ralentit, la caméra qui devient pesante, moins alerte. Le voyage dans le temps ne sert plus à draguer, mieux baiser, réinventer les moments de pure joie, éviter les drames etc… il sert à retrouver un temps perdu, à revoir le père, et, a fortiori, le charme est censé se muer en larmes. La relation père/fils devient alors la colonne vertébrale. Les seconds rôles sont écartés. L’épouse elle-même est renvoyée à l’arrière plan (un comble) et tout se déséquilibre.

La comédie romantique se transforme en drame nostalgique. Et dans ce domaine, Curtis n’est pas un orfèvre, hélas.
Cependant, ne boudons pas notre plaisir. Pour un samedi soir ou un film sous la couette, le film est parfait pour vous entraîner dans des galipettes.
 
vincy

 
 
 
 

haut