Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 324

 
La reine des neiges (Frozen)


USA / 2013

04.12.2013 (20.11.2013 à Paris)
 



PRISONNIÈRES





«- L’amour est une porte qui s’ouvre.»

Il fallait bien deux princesses pour que Disney renoue avec ses contes de fée musicaux traditionnels. Nous voici chez les Vikings, au milieu de décors enneigés et glacés. Le blanc de l’immaculée conception, pour deux vierges tentantes mais pas tentatrices. Rassurez-vous, le film s‘adresse bien aux enfants. Les filles seront ravies de s’identifier à la petite sœur, espiègle, fragile mais courageuse, et admireront l’ainée, maléfique malgré elle. Des cousines de Mérida (Rebelle) et Raiponce. Le feu et la glace, la frigidité et l’enthousiasme. Les garçons trouveront dans les deux courtisans de quoi satisfaire leurs désirs chevaleresques. Car, malgré des personnages modernisés, pour ne pas dire anachroniques, Disney reste Disney, et la cible marketing reste un brin sexiste. Mais le studio poursuit ses efforts égalitaristes : ce sont les femmes qui dirigent, les hommes qui sont servants, menteurs, méchants…
On progresse.
Disney n’oublie pas non plus les produits dérivés potentiels de son film : les gentils Trolls et le facétieux bonhomme de neige (qui rêve de passer l’été sur la plage : surréaliste) feront de parfaites peluches pour Noël. Autant de personnages secondaires – on peut y inclure le renne très « Jolly Jumper » côté caractère – qui donnent du relief à des personnages principaux aussi beaux que tourmentés et névrosés. On en regretterait presque les parties chantées (pour le coup, les musiques ont un goût plus que désuet qui raviront les nostalgiques mais n’emballeront pas ceux qui espéraient un ancrage plus contemporain). A l’instar de La belle et la bête, La Reine des neiges peut aussi se décliner en comédie musicale à Broadway : elle en a tous les ingrédients, et même quelques hits.

En grattant la glace, ce nouveau film d’animation n’a pourtant rien d’angélique. Le destin des deux jeunes princesses orphelines enfermées dans un vaste château au fond d’un superbe fjord n’a rien d’idyllique. La grande sœur est condamnée par un don (qui ferait d’elle une parfaite X-Men) qu’elle maudit ; sa petite sœur vit dans l’ignorance d’un secret qui la rend vulnérable. Solitaires, l’une et l’autre sont liées par un pacte de glace qui sera fatal, sauf à trouver l’amour sincère qui le brisera.
Et c’est là que cette Reine des Neiges s’émancipe des autres Disney. Point de prince charmant qui réchauffe les cœurs par un simple baiser (souvent chaste). Sans dévoiler la fin, elle est suffisamment insolite (pour un Disney) pour être indulgent sur les quelques défauts d’un scénario somme toute convenu où l’on nous répète trop souvent la formule magique qui sert de morale. L’histoire manque sans doute de suspens, de tension, de complexité pour nous emballer jusqu’au bout, malgré le twist inattendu, sacrificiel et salvateur.

Esthétiquement, de la sublime glaciation du Fjord au Palais de glace très Vegas en passant par des somptueuses forêts enneigées, il n’y a pas de faute de goût. Malgré tout ce blanc, cela faisait depuis des lustres qu’on n’avait pas vu un Disney aussi noir. Presque shakespearien. Ce n’est pas Jules et Jim, c’est « Mon Royaume pour du soleil » et « Il y a quelque chose de pourri en ce château ».
 
vincy

 
 
 
 

haut