Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Lulu femme nue


France / 2013

22.01.2014
 



VENUS SANS FOURRURE





"En même temps, c’est ça qui est bien : toutes ces belles choses qu’il nous reste à faire."

Solveig Anspach poursuit dans la veine de son film précédent, Queen of Montreuil, en adaptant la bande dessinée Lulu femme nue d’Etienne Davodeau primé à Angoulême en 2009. L’histoire d’une femme empêchée (par la vie et les habitudes) qui se libère peu à peu de ses chaînes et renaît à elle-même. Lulu, c’est Karin Viard en état de grâce, bouleversante de maladresse et de discrétion forcée, formidable en femme étouffée qui s’élève timidement mais fermement contre une existence qu’elle ne supporte plus. A ses côtés, on retrouve Bouli Lanners en amoureux transi, Claude Gensac en vieille dame ultra féministe, Corinne Masiero en tenancière de bar irascible… Autant de rencontres qui permettent à Lulu de se reconstruire et de trouver la voie vers un nouveau départ.

On retrouve ainsi au fil du film les thèmes de prédilection de la réalisatrice : la figure d'une femme qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie, l’idée que les familles qu’on se construit ont peut-être plus de valeur que les familles de sang, la certitude que le renouveau doit d’abord venir de soi-même avant de venir d’une nouvelle histoire d’amour, etc. Le ton, aussi, rappelle celui de ses derniers films : des scènes courtes qui posent rapidement la situation, des passages presque burlesques, des rencontres impromptues, une gaîté simple qui vient de petites choses et même un recours très précis à l’ellipse pour permettre au spectateur de combler lui-même les creux de l’intrigue, et s’imaginer le hors champ.

Bref, un régal d’intelligence et de bonne humeur ! Et comme dans toutes les grandes comédies qui se respectent, ce mélange d’humour et de grâce dissimule, sous sa grande légèreté, une gravité universelle qui renvoie chacun au sens de sa propre vie.
 
MpM

 
 
 
 

haut