Senses est un film en cinq parties, comme "une série de cinéma". Et c'est à ne pas manquer pour deux raisons: le film est un brillant portrait du Japon et des femmes japonaises. Et cela permet de découvrir Ryusuke Hamaguchi, qui sera à Cannes avec son nouveau film, Asako.



Cornelius, le meunier hurlant
Daphne
Deadpool 2
En guerre
Everybody knows
Gringo
L'homme qui tua Don Quichotte
La révolution silencieuse
Plaire, aimer et courir vite
Rampage - Hors de contrôle
Senses



Black Panther
La forme de l'eau
Call Me By Your Name
Les garçons sauvages
Ghostland
Mektoub, My Love: Canto Uno
Les Destinées d'Asher
Ready Player One
The Rider
La révolte des jouets
L'île aux chiens
Charade
La route sauvage



Le Labyrinthe: Le remède mortel
La Ch'tite Famille
La Belle et la Belle
Tomb Raider
Un raccourci dans le temps
Pacific Rim Uprising
La prière
Coby
Croc-Blanc
Madame Hyde
A l'heure des souvenirs
Don't worry he won't get far on foot
Pierre Lapin
La mort de Staline
Red Sparrow
Kings
Taxi 5
Allons enfants
Place publique
Game Night
Avengers : Infinity War
Comme des garçons
Nobody's watching
Transit
Une femme heureuse






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 6

 
X-Men: Days of Future Past


USA / 2014

21.05.2014
 



MYSTIQUE CROSS-OVER





Tout commence comme un film de Bryan Singer habituel: un monde apocalyptique s'offre à nos yeux et doit être sauvé. Métaphore de la seconde-guerre mondiale où les charniers font penser à l'Holocauste. Des sentinelles ont pris possession de la planète, tristement défendue par quelques X-Men. Le seul moyen d'en venir à bout n'est plus de les combattre mais d'empêcher leur existence. Du coup, nous allons avoir droit à un voyage dans le temps façon Mickael J. Fox dans Retour vers le futur. Grâce aux pouvoirs d'Omar Sy et d'Ellen Page, Hugh Jackman est renvoyé dans le passé pour empêcher Jennifer Lawrence (la star incontestée du film, qui ressemblerait presque à un spin-off avec Mystique en héroïne) de produire une réaction en chaîne aux lourdes conséquences.

Dans ce X-Men, plus sombre tout en restant léger, le temps est le véritable ennemi, tout en étant un allié de taille. La temporalité du film est à l'image de ces héros mutants, complexe mais efficace. Singer, sans atteindre le brio du premier opus, nous fait oublier l'horrible et absurde X-Men 3 qui avait donner la nausée au fan du comic book.

Pour autant, il ne réinvente rien. Les mutants représentent toujours les minorités rabaissées par la société. En effet, Stan Lee, le créateur des personnages, comparait à l'époque du comic book (1960) Professor X à Martin Luther King et Magneto à Malcolm X. La saga partage un message d'acceptation des autres et d'acceptation de la différence. Les mutants ne serait qu'un prétexte pour dénoncer un monde ancré dans la peur des autres. "Mutant and proud" disait Jennifer Lawrence alias Mystique dans X-men le commencement. Quelques années après le message reste identique. Dans cet opus, le discours que Magneto (sous les traits du sexy Michael Fassbender) tient face au gouvernement sur les mutants nous fait penser à celui que l'on pourrait débattre face aux homophobes et aux xénophobes.

Cette répétition empêche évidemment ce cinquième X-Men de faire évoluer la franchise. On tournerait presque en rond. Si l'ensemble est divertissant, et la production n'a pas lésiné sur les moyens (jusqu'à reproduire un Paris des années 70 avec ses DS), le scénario est un peu tiré par les cheveux et mixe un Matrix qui se perd dans ses mondes virtuels et réels (passés et présents) et un Dark Knight Rises moins sombre (mais avec une musique similaire et une scène de stade un peu pompée). Singer oublie de donner une cohérence à son scénario (jamais on ne comprend la distorsion du temps qui se déroule dans le passé, soit plusieurs jours, comparé au présent, quelques heures) et l'époque apocalyptique s'avère anecdotique, renvoyant Stewart, McKellen et Berry à de simples seconds-rôles quasiment sans dialogues.

Mais cet épisode se démarque, d'abord en mélangeant deux époques et deux castings, mais surtout il s'avère davantage une suite au quatrième film, le reboot "rajeunissant", qu'une continuité à la première trilogie. La qualité du casting, incluant Omar Sy, des effets visuels, et du récit (la psychologie a toujours beaucoup d'importance dans cette franchise) permet de croire que ces héros ne s'épuisent pas, malgré les épreuves. Malgré tout, on reste perplexe. Nous divertir est incontestablement un objectif louable. Mais pourquoi le spectateur ne ressent jamais la tension, la peur que tout peut mal se terminer? Pourquoi faire croire encore que le juste peut l'emporter sur l'horreur et même le faire oublier au point de l'effacer de l'Histoire? A force de se contenter d'observer avec distance, sans frayeur ni suspens, comment ce happy end va tout résoudre, même le pire, sans trop de sacrifices, Singer oublie une donnée essentielle de son cinéma : la cruauté de la vie et les sacrifices qu'elle engendre.

Mais on a bien conscience que les X-Men ne sont plus là pour mourir, mais pour renaître ou se reproduire, par n'importe quels moyens. Et clairement, Singer a su redonner un nouveau souffle en revenant aux basiques. Et la fin s'ouvre sur un sixième film qui peut remettre en question les cinq précédents. Intrigant.
 
cynthia

 
 
 
 

haut