Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 108

 
Nos pires voisins (Neighbors)


USA / 2014

06.08.2014
 



LE DEGOÛT DES AUTRES

Le livre Bye Bye Bahia



"Nous aussi on en fait du bruit en regardant Game Of thrones, n'hésite pas à nous le dire! Non mais sérieux cette Khalessi lorsqu'elle débarque whaouuuuu!"

Seth Rogen et son humour potache face à Zac Efron, reconverti en sale beau gosse de la comédie. L'affiche promettait des étincelles. Nos pires voisins est à la hauteur des comédies vulgaires, à la fois obscène, décalée, grasse, méchante (mais pas trop). La cohabitation entre voisins devient le reflet de la cruauté et de la bêtise humaine, l'illustration de nos pires défauts (envie, jalousie, ...). Combien de fois vous avez demandé à la jeune gamine du rez-de-chaussée de baisser le son de ses brailleurs de One Direction? Combien de fois vous avez délicatement taper contre le mur afin que que le jeune couple du deuxième exprime leur amour plus silencieusement?

Voilà on en est à ce niveau, qui est souvent en dessous de la ceinture (au dessus Zac nous montre surtout son torse parfaitement musclé). L'idée est de prendre un banal problème de voisinage et de l'essorer jusqu'au pire. Ainsi Seth Rogen vit un enfer avec sa femme (Rose Byrne) et leur tout jeune bébé depuis que la plastique de rêve de Zac Efron a emménagé avec ses potes de fac dans leur quartier. Beuveries, musique à tout va et autre tapage vont embêter le jeune couple, complètement middle-class et banal, au point d'engager une guerre du voisinage plutôt drôle mais pas aussi jouissive que la Guerre des Rose, monument de combat (conjugal).

Que ce soit les répliques ou les situations cocasses (le bébé qui qui confond préservatif usé avec chewing-gum ou la battle entre Zac Efron et Seth Rogen), on laisse tomber son cerveau et on se laisse dilater la rate au premier degré. On apprécie particulièrement l'autodérision (éternelle) de Seth Rogen face à son corps qui va à l'encontre de la dictature corporelle hollywoodienne. L'acteur se met nu constamment et affirme ses formes face à un Zac Efron bodybuildé et sexy jusqu'aux orteils, et qui prouve qu'il n'est pas qu'un beau gosse danseur. Le summum est alors atteint entre ces deux "corps" dans la scène chez Abercrombie & Fitch, temple de la mode où toute personne ne ressemblant pas à un mannequin est méprisé.

C'est outrancier, ça n'a aucun sens, ni même le début d'un sens de la narration. La spirale est infernale. Ceux qui embarqueront dès le début dans le délire seront épuisés de rire. Cette entreprise de sabotage où deux Amériques ne parviennent pas à cohabiter pacifiquement aurait sans doute mérité un peu plus d'écriture pour être, en bonus, subversive. Mais l'idée était avant tout de faire exploser les zygomatiques en faisant perdre les pédales avec sadisme à chacun des protagonistes. Ni vraiment cynique, souvent inconstant, parfois même un peu plat : comme un gros air de techno où il est nécessaire de mettre le volume à fond pour ne plus s'entendre hurler. Ce n'est pas du Judd Apatow, ni du John Hugues ou même du Blake Edwards si on remonte plus loin dans le temps. Nicholas Stoller a préféré pour la vulgarité plutôt que la tendresse ou la satire sociale. On peut rejeter, ou se laisser aller à nos instincts primitifs...
 
cynthia

 
 
 
 

haut