Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
La Paz


/ 2013

17.09.2014
 



L'ÉTRANGER





C'est l'histoire d'un passage à vide. D'une errance sans but dans une existence dénuée de sens. Lorsque Liso, le personnage principal de La Paz, sort de l'hôpital psychiatrique où il était interné, il a perdu tout repère, toute prise sur sa propre vie. Il ne s'agit pas tant pour lui de se reconstruire que de renaître. Un long processus filmé à distance par Santiago Loza, dans de courtes scènes dépouillées qui se font souvent écho.

Le jeune homme évolue notamment au milieu de figures féminines qui représentent tour à tour des alliées ou des obstacles. Il y a l'ex-petite amie qui le repousse, la domestique qui le console, la grand-mère qui le soutient, et bien sur la mère (forcément possessive) qui l'étouffe. Au cours des différentes séquences (découpées assez artificiellement en chapitres faussement décalés), les rapports entre Liso et ces femmes évoluent. Peu à peu, ils le conduisent face à lui-même et aux décisions lui permettant de reprendre son destin en mains.

Malheureusement, on n'est guère surpris par la manière dont évolue le récit, ni par sa fin quasi didactique. Formellement parlant, ce n'est pas beaucoup plus innovant. Sans véritable rythme, le film se laisse contaminer par la torpeur du personnage et ne semble rien de plus qu'une succession un peu creuse de moments de flottement et d'impressions diffuses. À l'image du personnage, on n'a qu'une seule envie : aller voir ailleurs si l'on y est.
 
MpM

 
 
 
 

haut