Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
La Paz


/ 2013

17.09.2014
 



L'ÉTRANGER





C'est l'histoire d'un passage à vide. D'une errance sans but dans une existence dénuée de sens. Lorsque Liso, le personnage principal de La Paz, sort de l'hôpital psychiatrique où il était interné, il a perdu tout repère, toute prise sur sa propre vie. Il ne s'agit pas tant pour lui de se reconstruire que de renaître. Un long processus filmé à distance par Santiago Loza, dans de courtes scènes dépouillées qui se font souvent écho.

Le jeune homme évolue notamment au milieu de figures féminines qui représentent tour à tour des alliées ou des obstacles. Il y a l'ex-petite amie qui le repousse, la domestique qui le console, la grand-mère qui le soutient, et bien sur la mère (forcément possessive) qui l'étouffe. Au cours des différentes séquences (découpées assez artificiellement en chapitres faussement décalés), les rapports entre Liso et ces femmes évoluent. Peu à peu, ils le conduisent face à lui-même et aux décisions lui permettant de reprendre son destin en mains.

Malheureusement, on n'est guère surpris par la manière dont évolue le récit, ni par sa fin quasi didactique. Formellement parlant, ce n'est pas beaucoup plus innovant. Sans véritable rythme, le film se laisse contaminer par la torpeur du personnage et ne semble rien de plus qu'une succession un peu creuse de moments de flottement et d'impressions diffuses. À l'image du personnage, on n'a qu'une seule envie : aller voir ailleurs si l'on y est.
 
MpM

 
 
 
 

haut