Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Le garçon et le monde (O menino e o mundo)


/ 2014

08.10.2014
 



LE CYCLE DE LA VIE





Et l’on revient aux origines du dessin. Oubliez les images de synthèse, les effets 3D, les expressions plus humaines que celles des humains. Le garçon et le monde est un coup de crayon fulgurant, qui s’amuse de jeux kaléidoscopiques à partir d’un simple trait, préférant une illustration épurée, symbolique où le figuratif est plus abstrait que réaliste. Mais justement parce qu’il n’y a pas de place pour le superflu, il ne reste que l’essentiel. Le film balance entre dessin naïf et envolées impressionnistes. Même si l’oeuvre est muette, le son fait le reste jusqu’à nous faire interpréter l’image.
Inutile de dire qu’il s’agit d’une pierre précieuse dans le domaine de l’animation contemporaine. D’autant que le film ne s’empêche pas d’être inventif et ludique. Visuellement, cela donne un train qui fume serpentant vers l’horizon, un ciel poché ou des métropoles occidentales aériennes et dans leurs bulles. Le monde matérialiste résulte de collages de photos et de publicités de magazines. Le décor peut disparaître pour accentuer la solitude.

Fable sociale et écologique

Pourtant Le garçon et le monde est un film engagé. Loin d’être une simple fable écologique, il est avant tout une critique du système économique actuel. L’exode rural, l’asservissement humain, la mondialisation des échanges. La chaîne économique qu’il dessine est effarante pour l’empreinte écologique. La destruction du monde est programmée (des images réelles de déforestation et de pollution des eaux nous sortent de nos rêves colorés). Du coton produit dans le pays du garçon, qui devient tissu dans une usine où l’ouvrier est remplacé par des machines, pour être transporté par containers dans un pays occidental où il est transformé en vêtement, et revendu ensuite dans le pays d’où provient le coton. On constate la précarité des travailleurs, les rêves fabriqués par la publicité, le pouvoir dictatorial qui s’impose aux citoyens préférant faire la fête. Ce combat pour la liberté est sublimé dans un duel entre Phénix chatoyant et un corbeau noir magnifique. L’allégorie est belle mais le destin est sombre.

L’odyssée spirituelle du garçon et sa mise en abyme

Cependant, c’est bien dans l’idée du temps qui passe que le film d’Alê Abreu s’enrichit d’une seconde lecture. Il s’agit bien de destinée dans cette odyssée d’un garçon en quête de son père. L’histoire, sans qu’on le sache, se déroule sur plusieurs décennies. Le récit, on le découvrira au final, n’est pas à l’endroit. Et pour compliquer l’ensemble, les gens qu’il croise ne sont pas ceux que l’on croit. La surprise finale permet de revoir tout le film d’une manière différente. Le spectateur ne comprend la réalité des faits et de la chronologie que dans l’épilogue.
Cette astuce scénaristique (et visuelle, par conséquent) émerveille autant qu’elle épate. Le vagabondage initiatique se mue en chronique voyageuse. Au passage, la fable sociale et la satire politique auront planté leurs griffes dans l’existence du garçon, qui perdra un peu de son insouciance.

Malgré cette noirceur sous-jascente, l’œuvre parvient à garder sa dimension poétique tout du long. Il y a un regard bienveillant posé en permanence sur le désenchantement
 
vincy

 
 
 
 

haut