Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 11

 
A la vie


France / 2014

26.11.2014
 



DRÔLES DE DAMES





À la vie. Un titre qui claque comme un manifeste, ultime victoire de trois femmes qui ont connu l'horreur des camps et en sont revenues pour vivre leur vie à pleins poumons. Ce qui est indéniablement beau et touchant dans le nouveau film de Jean-Jacques Zilbermann, c'est la matière intime dont il a nourri son scénario. L'émotion qui le submerge lorsqu'il évoque ses trois héroïnes, inspirées de sa mère et de ses deux amies de camp, est présente à chaque scène à travers le regard bienveillant de la caméra posé sur les protagonistes. Ce regard qui capte, attentif, les indices d'un passé qui prend toute la place. Un sachet de thé qu'on réutilise inlassablement, des glaces qu'on mange en regardant la mer, des valises littéralement trop remplies...

On sent pour le réalisateur l'importance de ces nombreux détails, qui convoquent visiblement pour lui toute une foule de souvenirs. Mais pour le spectateur, cela crée un ensemble balisé, presque formaté, qui donne une vision artificielle de l'intrigue. Jean-Jacques Zilbermann recrée une ambiance qu'il a connue et qui lui est chère, mais sans parvenir à nous associer aux émotions qu'elle représente pour lui. Ses personnages donnent le sentiment de n'avoir rien à se dire. Tout semble faussement anecdotique, comme délibérément vidé de toute profondeur. À trop vouloir prendre le contrepied de son sujet (une comédie sur la Shoah), le cinéaste le vide de toute substance. Pire, il évacue trop rapidement tout ce qui touche au passé commun (le traumatisme de Rose, notamment) pour se concentrer sur une banale histoire d'adultère à laquelle on ne croit pas.

C'est dommage, car on aurait envie d'être touché par la vitalité des héroïnes, tantôt pudiques sur leur passé et extravagante face au présent. Peut-être cela tient-il également au trio d'actrices qui paraît ne jamais fonctionner : Suzanne Clément en fait des tonnes, Julie Depardieu arrondit les angles, Johanna ter Steege s'enferme dans un stéréotype d'intellectuelle féministe. Entre elles, on ne ressent pas de réelle cohésion ni de complicité.

Sur le fond, on est bien sûr séduit par le propos du film, chronique intime qui mêle la petite histoire à la grande et prouve qu'après Auschwitz, on a encore le droit de rire. Mais formellement, on est d'autant plus déçu par l'inconsistance du scénario qui empêche toute véritable adhésion.
 
MpM

 
 
 
 

haut