Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Black Christmas
Docteur?
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Le choix d'Ali
Leatherdaddy
Les envoûtés
Les reines de la nuit
Lillian
Lola vers la mer
Marriage Story
One Mind - une vie zen
Pahokee, une jeunesse américaine
Sans rivages
Une vie cachée



Joker
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)



Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 11

 
A la vie


France / 2014

26.11.2014
 



DRÔLES DE DAMES





À la vie. Un titre qui claque comme un manifeste, ultime victoire de trois femmes qui ont connu l'horreur des camps et en sont revenues pour vivre leur vie à pleins poumons. Ce qui est indéniablement beau et touchant dans le nouveau film de Jean-Jacques Zilbermann, c'est la matière intime dont il a nourri son scénario. L'émotion qui le submerge lorsqu'il évoque ses trois héroïnes, inspirées de sa mère et de ses deux amies de camp, est présente à chaque scène à travers le regard bienveillant de la caméra posé sur les protagonistes. Ce regard qui capte, attentif, les indices d'un passé qui prend toute la place. Un sachet de thé qu'on réutilise inlassablement, des glaces qu'on mange en regardant la mer, des valises littéralement trop remplies...

On sent pour le réalisateur l'importance de ces nombreux détails, qui convoquent visiblement pour lui toute une foule de souvenirs. Mais pour le spectateur, cela crée un ensemble balisé, presque formaté, qui donne une vision artificielle de l'intrigue. Jean-Jacques Zilbermann recrée une ambiance qu'il a connue et qui lui est chère, mais sans parvenir à nous associer aux émotions qu'elle représente pour lui. Ses personnages donnent le sentiment de n'avoir rien à se dire. Tout semble faussement anecdotique, comme délibérément vidé de toute profondeur. À trop vouloir prendre le contrepied de son sujet (une comédie sur la Shoah), le cinéaste le vide de toute substance. Pire, il évacue trop rapidement tout ce qui touche au passé commun (le traumatisme de Rose, notamment) pour se concentrer sur une banale histoire d'adultère à laquelle on ne croit pas.

C'est dommage, car on aurait envie d'être touché par la vitalité des héroïnes, tantôt pudiques sur leur passé et extravagante face au présent. Peut-être cela tient-il également au trio d'actrices qui paraît ne jamais fonctionner : Suzanne Clément en fait des tonnes, Julie Depardieu arrondit les angles, Johanna ter Steege s'enferme dans un stéréotype d'intellectuelle féministe. Entre elles, on ne ressent pas de réelle cohésion ni de complicité.

Sur le fond, on est bien sûr séduit par le propos du film, chronique intime qui mêle la petite histoire à la grande et prouve qu'après Auschwitz, on a encore le droit de rire. Mais formellement, on est d'autant plus déçu par l'inconsistance du scénario qui empêche toute véritable adhésion.
 
MpM

 
 
 
 

haut