Avec Tolkien n'est pas seulement le récit de la jeunesse du célèbre écrivain, incarné par Nicholas Hoult. C'est aussi un assemblage des influences et inspirations qui ont conduit l'auteur à écrire la saga culte du Seigneur des anneaux.



Anna, un jour
Beaux-parents
Bernard Natan, le fantôme de la rue Francœur
Bunuel après l'âge d'or
Child's Play
Contre ton cœur
Dirty God
Le choc du futur
Le Daim
Les Frenchmen
Little
Nevada
Noureev
Porte sans clef
Silence
Tolkien



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir



Triple frontière
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 36

 
Les souvenirs


France / 2014

14.01.2015
 



NOS SÉPARATIONS





«- J’écris pas de roman.
- Tu devrais. Avec la tête que t’as, tu devrais.
»

Deuxième livre de David Foenkinos adapté sur grand écran, Les souvenirs est un récit intergénérationnel sur le temps : celui qu’un fils a devant lui, celui que des parents subissent, celui d’une grand-mère qui est compté. En résumé, « ça passe vite la vie quand même ». Le film débute ainsi comme il se finira : avec un enterrement. Les souvenirs c’est aussi ce qu’on emporte dans la tombe. Ce genre d’histoire peut être vite plombée par une overdose de sentimentalisme.

Ici Jean-Paul Rouve réussit le périlleux équilibre entre les sentiments et la dérision. L’humour, parfois un peu noir, allège le film et illumine des personnages plutôt banals (mais drôles) dans leur vie étriquée. Car la vie ressemble à un mouroir. Chacun creuse sa tombe, et il faudra tout un élan (et un étrange caissier sur une aire d’autoroute) pour qu’ils se ressaisissent. Que les cloisons qui les séparent (l’âge, les envies, l’avenir, les fameux souvenirs) disparaissent pour les réunir dans la même pièce.

Les souvenirs ne manque pas de tendresse ni de sincérité. Le film est efficace et cocasse, consensuel et bien écrit. Les comédiens sont justes en permanence. L'ensemble donne cette impression agréable de « feel good movie », ponctué de séquences délicieusement absurdes (notamment la visite à l’apprenti-peintre). Les dialogues régalent et le regard de Rouve sur l’homo-occidentalus, entre observations moqueuses et tics de langages, ont l’effet d’un euphorisant.

Il y a un grain de folie derrière toute cette normalité qui est réjouissante. Il contraste avec ce passé qui s’évapore devant nos yeux. Ce temps qui passe et qu’on ne peut plus rattraper. Cette mine déconfite ou dépressive qui nous marque le visage alors qu’on aime la vie. « Quand le présent n’avance plus, il faut remettre de l’essence dans le passé. » L’essence c’est une affaire de sens. Celui qu’il fait donner à son existence.

Et justement, en affirmant leur refus de subir les décisions des autres, en provoquant un à un le déclic qui va les obliger à changer, les personnages donnent une belle dimension au propos existentialiste (mais léger) du film. Ce qui conduira le spectateur à verser sa petite larme vers la fin. Il faut dire qu’Annie Cordy est formidable en grand-mère franche et pas dupe. Car, et ce n’est pas le moindre exploit, en donnant un ADN commun et cinématographique à Annie Cordy, Michel Blanc, Chantal Lauby et Mathieu Spinosi (violoniste avant d'être acteur), auxquels on peut ajouter Audrey Lamy et Jean-Paul Rouve, le réalisateur réunit l'opérette, le Splendid, les Nuls, les Robins des bois, Scènes de ménages. Chaque génération de la comédie est représentée, ce qui forme un orchestre cohérent pour une partition efficace et touchante. Tous ont le souci du travail bien fait, l'envie de donner le change au public. Et ça en fait un beau souvenir.
 
vincy

 
 
 
 

haut