Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Discount


France / 2014

21.01.2015
 



VIES CASSÉES DANS LES RAYONS À BAS PRIX





''Solidaires!''

Humain, déroutant et drôle, Discount est une fresque sur l'humanité et l'entraide dans la galère de des grandes surfaces, ces lieux uniformes et blafards que nous fréquentons tous. C'est avant tout un film sur la rébellion positive. Sous son allure de comédie, Discount, essaye de valoriser l'humain dans un monde déshumanisé et surtout, déresponsabilisé.
Gilles, Christine, Momo, Alfred et Emma sont tous employés dans un supermarché Hard Discount. Entre mise en rayon et encaissement des produits, le quotidien de ces gens normaux semble sans ombre, jusqu'au jour où leur patronne leur annonce qu'ils risquent d'être remplacés par des caisses automatiques. C'est là que le combat va commencer. L'homme contre la machine. La routine fordiste versus la productivité mécanique. Le contact humain face à l'efficacité du temps gagné.

Tous ces personnages, qui doivent se mettre en compétition vont, au contraire, se lier et créer leur propre discount alternative avec la nourriture jetée par les centres commerciaux. Un peu l'inverse de Deux jours, une nuit des frères Dardenne. Est-ce du vol? Du sens social? Le film soulève beaucoup de questions à commencer par celles sur le gaspillage industriel et de la solidarité à tout prix.

Parlons-en justement de cette solidarité! Omniprésente dans le film, mais si rare dans la vraie vie. Elle est la lumière du film ainsi que son moteur. Face à cette bande de collègues/potes qui vont voler de la nourriture pour se faire de l'argent pour finalement aider les familles dans le besoin. Des sortes de Robin des bois de la nourriture qui préfèrent réaliser un casse alimentaire plutôt qu'un casse à la banque. On est touché par ce collectif soudé jusqu'au bout des ongles et on en vient à espérer qu'ils ne se fassent pas prendre dans leur soif - qui pourra paraître controversée - de sauver leur peau et celle des autres.

Portée par une troupe de comédiens formidable, la comédie est aussi un révélateur de l'entreprise des temps modernes. Parano, surveillance, impuissance, gâchis alimentaire... Pire on se révolte nous aussi quand les produits périmés sont inondés d'eau de javel. On se désole des formations pour licencier du personnel. Et malgré toutes ces dénonciations, ces observations, on prend le temps de s'attacher à chacun des personnages, à compatir avec tous, de la directrice à la caissière, à l'exception de ce vigile sadique. Au final, Discount provoque une colère (saine aurait dit une ancienne canidate à la présidentielle). Avec ce côté comédie sociale à l'anglaise, le film reste respectueux et simple, efficace et proche de nous. Discount est émouvant et drôle, rythmé et patient, mais avant tout le film est terriblement d'actualité.
 
Cynthia

 
 
 
 

haut