alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Cake


USA / 2014

08.04.2015
 



FIFTY SHADES OF JEN





"Je souffre énormément."

Et si Jennifer Aniston tenait enfin le plus grand rôle de sa vie ? Longtemps confondue avec son personnage de Rachel Green dans Friends, puis avec son statut de Mme Pitt (avant d'être l'ex Mme Pitt), on a trop souvent tendance à ne la voir qu'à l'affiche de comédies romantiques. "La faute à qui?" me direz-vous, si ce n'est la principale intéressée. Cela dit, avec Cake, le tir est rectifié. Accompagnée d'acteurs charmants, le talent de celle qui a récemment fêté ses 46 ans se révèle (enfin) sous nos yeux. Jennifer Aniston est enfin une actrice.

Jennifer Aniston est Claire, une femme qui a survécu à un accident de voiture. Si sa douleur physique est perceptible par tous, ses tourments intérieurs semblent bien plus grands. Entre ses colères et son agressivité, son entourage ne sait que faire. Ses amis la fuient, son mari n'ose plus l'approcher et son groupe de soutien la lâche. Par chance, Claire peut compter sur sa femme de ménage Silvana et sur Roy, le mari d'une des membres de son groupe qui s'est récemment suicidée. A partir de ce moment-là, Claire va tenter de comprendre où est la frontière entre la vie et la mort, entre le danger et le salut.

Grand personnage recherche grande actrice

Quatrième film de Daniel Barnz, Cake est très certainement son meilleur. Avec l'aide du scénariste Patrick Tobin, l'Américain réalise en effet un très joli film, plein de bons sentiments et à la réalisation maîtrisée. En échappant au schéma narratif classique, les deux nous emmènent aux confins de la personnalité de Claire, personnage à la fois drôle et cynique. Face à cet énorme puzzle, le spectateur n'a d'autre choix que de tenter de résoudre le mystère Claire, de comprendre pourquoi elle est ainsi, pourquoi ses relations se cassent la figure et pourquoi il n'arrive pas à la détester.

Avec ses métaphores et ses figures allégoriques, Cake transforme une histoire banale, un simple fait divers, en une poignante immersion. Claire est une madame tout le monde qui a perdu un enfant, qui tente de vivre avec ce vide et hésite entre tout lâcher ou se raccrocher à la vie. Si elle n'a rien d'agréable, force est de constater qu'à un moment ou un autre, nous sommes amenés à nous voir en elle, dans ses moments de colère, de totale incompréhension ou de profonde compassion.

Avec sa lumière solaire, ses travellings et ses paysages urbains, Cake égaye son propos. Si le film parle de la vie après la mort d'un proche, il n'en fait pas pour autant quelque chose de glauque ou de malsain. Et c'est tout à l'honneur du scénariste. Sans jamais foncer tête baissée dans le registre pathétique, Patrick Tobin prend le temps d'écrire des dialogues savoureux et de nous laisser apprécier toute l'ampleur de la tristesse de Claire. Un processus important voire vital.

Entre émotion et satisfaction

Entourée de très bons seconds rôles (Adriana Barraza, Anna Kendrick, Sam Worthington ou encore Felicity Huffman), Jennifer Aniston savoure pleinement son heure de gloire. C'est elle que le film met en scène, elle que le spectateur suit pendant 98 minutes, elle que le réalisateur sublime. Et cela, même dans les scènes ou les plans les moins avantageux. L'actrice se laisse guider par ses émotions, assume son corps et évite la caricature. Oui, son personnage est antipathique. Oui, on a du mal à bien le cerner. Mais oui, c'est une énorme bouffée d'air frais qui mettra un sourire sur de nombreux visages.

Certes trop répétitif, Cake a tout de même cette capacité à nous remuer en seulement quelque plans. Pas besoin d'en faire des tonnes, de forcer le trait dramatique ou vouloir toucher le spectateur à tout prix, la symbolique des images est là pour ça. Comme avec ce tableau qui disparaît avant de réapparaître sous la forme d'un cadeau offert par son ex mari (le génial Chris Messina) et qui nous émeut. Les images parlent d'elles-mêmes et il en va de même pour les photos.

Avec ces flash-backs, ces inserts ou bien ce fantôme qui surgit n'importe où et n'importe quand, Damien Barnz dévoile le quotidien d'une femme chez qui rien ne va, mais qui n'a pas encore abandonné. Véritable ode à la vie et à la recherche du bonheur, Cake est un film sérieux et soigné. En admettant le combo sexe + alcool + drogue, ce long-métrage réfléchi et réflexif surprend et ravit.
 
wyzman

 
 
 
 

haut