Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Anthropocène
In Fabric
Joyeuse retraite!
Knives and skin
L'incinérateur de cadavres
La reine des neiges 2
Le Roi
Les éblouis
Les enfants d'Isadora
Les misérables
Nouvelle cordée
Pat et Mat en hiver
Pirouette et le sapin de noël
Quand les filles flirtaient avec les dieux
Temporada
Terminal sud



Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
La promesse d'une vie (The Water Diviner)


/ 2015

15.04.2015
 



TOUT POUR MES FILS





"L'espoir est une nécessité."

Lorsque l'on parle de Première Guerre Mondiale, on évoque les tranchées de l’Est de la France, les "gueules cassées" et les premiers combats aériens, mais beaucoup moins les batailles épiques qui ont ravagé la Turquie.
Pourtant, la bataille des Dardanelles reste encore gravée dans les mémoires des Turcs et des Australiens, nombreux à s'être battus durant cette guerre. Peter Weir l'avait formidablement filmée dans Gallipoli en 1981. L’acteur oscarisé Russell Crowe a choisi ce même contexte historique pour réaliser son premier film.

Il y décrit les tourments d’une mère (dévastée par le chagrin) et d’un homme meurtri (que Crowe incarne également avec son savoir-faire légendaire), paysan australien troublé par la disparition de ces trois fils. Ces derniers seraient mystérieusement morts au combat, il va tenter de découvrir la vérité. Il faut sauver le père Joshua... et ses fils soldats.

Avec La promesse d'une vie, nous découvrons un pan méconnu de l’Histoire, nourri par un réalisateur passionné et fougueux. En effet, l’ex-Gladiator ne recule devant rien afin de nous en mettre plein les yeux: décors sublimes, catastrophes naturelles épiques (une tempête dans le désert vous laissera sans voix), histoire prenante, Russell Crowe pose sa patte perfectionniste dans une oeuvre dépaysante.

Un beau sens du mélodrame et une aventure passionnante ne font pas forcément un grand film, mais le primo-réalisateur s'en sort bien, entêté comme son personnage. Il y a peut-être trop de rebondissements dans ce récit classique (qui pour le coup offre à l'acteur un énième personnage courageux, abimé, en quête de paix). Et si le message est de démontrer que la frontière entre les gentils et les méchants est plus floue qu'il n'y paraît, le film ne fait pas dans la dentelle et opte pour une fresque à gros moyens, à l'ancienne, où chaque émotion est appuyée. Un peu comme Gladiator...
 
cynthia

 
 
 
 

haut