Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Connasse, princesse des coeurs


France / 2015

29.04.2015
 



ROYAL CONNASSE





«Reprenez votre vie en main bordel de shit!»

La Connasse est à la base une série de vignettes en caméra cachée du Grand Journal de Canal +. Le passage du petit au grand écran ravira sans doute les fans, mais ça n'en fait pas forcément un film.
Car, en conservant son principe de base, Connasse, princesse des coeurs est avant tout une série de petits sketchs (certains sont drôles) qui s'entrechoquent. La Connasse, qui comme son surnom l'indique ne respecte rien, décide qu'elle mérite une meilleure vie. Ras-le-bol de payer des impôts et de ne pas porter du Chanel, elle décide d'épouser un prince... en l'occurrence, le plus beau célibataire de l'aristocratie britannique: Harry. Cette dernière part donc en Angleterre pour conquérir son cœur...

Si les gags sont parfois amusants, on finit vite par se lasser par les pitreries de la demoiselle. Parce que se pavaner en tenue chic et manquer de respect à ces pauvres anglais, ça va cinq minutes mais ça ne fait pas un récit. Et dès qu'il s'agit de raconter une histoire, de montrer qu'il y a un scénario, la forme patine et se éteint le potentiel comique des situations. Ce collage de scènes inégales semble bancal dès qu'il s'agit de le faire tenir par un fil conducteur trop mince.

Camille Cottin (l'héroïne) fait des choses particulièrement risquées durant celong-métrage. Escalader les barrières du jardin de la Reine d'Angleterre, voler un chien, déranger le changement de gardes...nous avons bien du mal à croire que cela ne soit pas truqué. Mais admettons. La Connasse, princesse des cœurs réussit tout de même le pari de nous divertir, mais hélas sans nous transcender. Une fois que le gag est usé, on passe au suivant. Une sorte de Wayne's World filmé comme un Paranormal Activity. Mais le cinéma dans tout ça?
 
Cynthia

 
 
 
 

haut