alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Chats par-ci, chats par-là
Couteau suisse
Deux
La fille au bracelet
Le prince oublié
Mamacita
Mickey and the Bear
Nightmare Island
Queen & Slim
Sonic le film
Toutes les vies de Kojin
Tu mourras à 20 ans
Un divan à Tunis



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 11

 
La Fille du patron


France / 2015

06.01.2016
 



Macho macho man





"Tu as envie d'un géniteur mâle dominant..."


Un barbecue entre potes/collègues ouvre ce bal machiste qu'est La Fille du patron. Les hommes font cuire la viande tandis que les femmes s'occupent des mômes et servent les bières... on pourrait nager en pleine scène de convivialité stéréotypée mais cette idée est vite balayée par la suite.


Vital (Olivier Loustau), ouvrier et joueur de rugby à ses heures, rentre bourré chez lui, se fout à poil et grogne afin d'indiquer à sa femme qu'il a envie d'une bonne partie de jambes en l'air... d'un romantisme à faire pâlir un Disney ! Ne manquent plus que les peaux de bêtes et les massues pour se retrouver chez les hommes de Cro-magnon !
Alors que les hommes se comportent ainsi, leurs femmes ont la langue bien pendue et se nourrissent de ragots (!). Sauf la douce Alix (Christa Théret, lumineuse malgré le contexte) qui travaille dans l'entreprise de papa, qui est cultivée, qui rêve d'explorer le monde et qui tombe sous le charme (viril) de Vital. La Fille du patron serait-il un cliché social?


Rats des villes/Rats des champs


Les femmes ne vivent que pour l'entreprise des hommes. Du coup elles s'occupent comme elles peuvent en allant soutenir leurs maris sur le terrain de rugby comme les femmes soutenaient les rois sur le champ de bataille. Comme si cela ne suffisait pas, leur deuxième passion est de parler sur ce qui se passe un peu partout autour d'elles. Sauf la femme du black de service qui se vante à plusieurs reprises : "ma femme, je la contiens, moi!" (Marine LePen aime ça). Alix et sa meilleure amie, que l'on voit brièvement, sont plus sophistiquées (comprendre : elles viennent d'un milieu social bien plus favorisé) : elles font des études, vont bientôt partir à l'étranger et font des fêtes dans des appartements classes, #Clichés!


Dans ce melting-pot de clichés, il y a enfin l'histoire d'amour entre Alix et Vital. Elle succombe à son charme rien qu'à l'odeur (!), comme si cela suffisait pour démarrer une histoire d'amour extra-conjugale... Puis, ils font l'amour sans cesse et vivent d'amour en tentant de faire taire les mauvaises langues (des femmes)...


Si ce film part parfois dans une histoire sociale plus plaisante (et notamment l'étonnant renversement des rôles entre l'usine et le terrain de rugby, qui aurait mérité d'être mieux exploité), les clichés sont bien trop prépondérants pour que l'on y prête attention et l'ensemble vraiment trop suranné pour que l'on puisse être séduit. Un peu comme si La fille du patron avait été réalisé il y a un demi-siècle et soigneusement conservé dans la naphtaline jusqu'à aujourd'hui...
 
Cynthia

 
 
 
 

haut