Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Black Christmas
Docteur?
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Le choix d'Ali
Leatherdaddy
Les envoûtés
Les reines de la nuit
Lillian
Marriage Story
One Mind - une vie zen
Pahokee, une jeunesse américaine
Sans rivages
Une vie cachée



Joker
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)



Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 11

 
La Fille du patron


France / 2015

06.01.2016
 



Macho macho man





"Tu as envie d'un géniteur mâle dominant..."


Un barbecue entre potes/collègues ouvre ce bal machiste qu'est La Fille du patron. Les hommes font cuire la viande tandis que les femmes s'occupent des mômes et servent les bières... on pourrait nager en pleine scène de convivialité stéréotypée mais cette idée est vite balayée par la suite.


Vital (Olivier Loustau), ouvrier et joueur de rugby à ses heures, rentre bourré chez lui, se fout à poil et grogne afin d'indiquer à sa femme qu'il a envie d'une bonne partie de jambes en l'air... d'un romantisme à faire pâlir un Disney ! Ne manquent plus que les peaux de bêtes et les massues pour se retrouver chez les hommes de Cro-magnon !
Alors que les hommes se comportent ainsi, leurs femmes ont la langue bien pendue et se nourrissent de ragots (!). Sauf la douce Alix (Christa Théret, lumineuse malgré le contexte) qui travaille dans l'entreprise de papa, qui est cultivée, qui rêve d'explorer le monde et qui tombe sous le charme (viril) de Vital. La Fille du patron serait-il un cliché social?


Rats des villes/Rats des champs


Les femmes ne vivent que pour l'entreprise des hommes. Du coup elles s'occupent comme elles peuvent en allant soutenir leurs maris sur le terrain de rugby comme les femmes soutenaient les rois sur le champ de bataille. Comme si cela ne suffisait pas, leur deuxième passion est de parler sur ce qui se passe un peu partout autour d'elles. Sauf la femme du black de service qui se vante à plusieurs reprises : "ma femme, je la contiens, moi!" (Marine LePen aime ça). Alix et sa meilleure amie, que l'on voit brièvement, sont plus sophistiquées (comprendre : elles viennent d'un milieu social bien plus favorisé) : elles font des études, vont bientôt partir à l'étranger et font des fêtes dans des appartements classes, #Clichés!


Dans ce melting-pot de clichés, il y a enfin l'histoire d'amour entre Alix et Vital. Elle succombe à son charme rien qu'à l'odeur (!), comme si cela suffisait pour démarrer une histoire d'amour extra-conjugale... Puis, ils font l'amour sans cesse et vivent d'amour en tentant de faire taire les mauvaises langues (des femmes)...


Si ce film part parfois dans une histoire sociale plus plaisante (et notamment l'étonnant renversement des rôles entre l'usine et le terrain de rugby, qui aurait mérité d'être mieux exploité), les clichés sont bien trop prépondérants pour que l'on y prête attention et l'ensemble vraiment trop suranné pour que l'on puisse être séduit. Un peu comme si La fille du patron avait été réalisé il y a un demi-siècle et soigneusement conservé dans la naphtaline jusqu'à aujourd'hui...
 
Cynthia

 
 
 
 

haut