alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 23

 
Tout en haut du monde


France / 2015

27.01.2016
 



TOUT AU BOUT DE NOS RÊVES





"C'est pour sauver l'honneur de ma famille que je dois retrouver le Davaï."

Fruit de la collaboration entre la scénariste Claire Paoletti, accompagnée de Patricia Valeix et Fabrice de Costil, et le réalisateur Rémi Chayé, Tout en haut du monde est un film d'animation exigeant et subtil qui confirme la bonne santé actuelle de l'animation française. Après avoir fait l'ouverture du festival d'Annecy, où il a également reçu le prix du public, ce bel objet arrive sur les écrans précédé d’une solide réputation et entouré d’un parfum d’aventure et de danger. Il raconte en effet la quête mouvementée de Sasha, jeune aristocrate russe de la fin du XIXe siècle, pour retrouver contre l'avis de tous le bateau de son grand-père disparu lors d'une expédition au Pôle Nord. Volontaire, courageuse et déterminée, l'adolescente (doublée par l'actrice Christa Théret) entraîne équipage comme spectateur dans les eaux glaciales de l'océan arctique, et jusqu'aux confins de la banquise hostile.

Eblouissant

Au-delà d'un récit plus dur qu'on aurait pu l'imaginer, allant parfois jusqu'à être noir et inquiétant, on est ébloui par les choix formels du film qui a fait le pari d'un dessin épuré à l'extrême, sans contours, donnant l'impression de vastes aplats de couleurs dont les teintes évoluent au gré des émotions et des lieux traversés par l'héroïne. Un style singulier qui permet au réalisateur de jouer sur toute la gamme chromatique en fonction de la tonalité des séquences et de donner à chacune une véritable identité visuelle. L’apogée du récit (et de l’image) est bien sûr l’arrivée de l’héroïne dans la zone arctique où les camaïeux de blancs et de gris rendent à la fois le mystère, la majesté et le danger du froid et de la glace. Ici, la lumière semble tantôt exploser d’un bout à l’autre de l’écran, tantôt s'estomper jusqu'à laisser des teintes exsangues évoquant la brume glacée du pôle nord.

Un vrai souffle

Accompagné des mélodies subtiles et toujours envoûtantes de Jonathan Morali (Syd Matters), le film déroule un récit qui prend son temps sans montrer de signes de faiblesse. Le personnage principal n’est jamais le faire-valoir de l’intrigue, mais plutôt la source d’un discret portrait de l’époque (la fin du XIXe siècle dans l’aristocratie russe) qui donne à voir une jeune fille libre que la société souhaiterait corseter ainsi qu’un monde où il ne fait pas bon sortir de son rôle social. Le contexte historique apporte ainsi un vrai souffle au périple de son héroïne qui n’en est que plus épique et aventureux. Seul regret, peut-être, le fait que Tout en haut du monde risque d’être étiqueté "film pour enfants", du fait qu’il s’agit d’un long métrage d’animation, alors qu’il s’adresse évidemment à tous les publics, et surtout à un public suffisamment âgé pour en apprécier l’incroyable beauté.
 
MpM

 
 
 
 

haut