alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Adoration
Bad Boys For Life
Garanbadal
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
K contraire
La Llorana
Le photographe
Le réseau Shelburn
Luciérnagas
Nanga Parbat
Pygmalionnes
Qu'un sang impur
Scandale



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
Jane Got a Gun


USA / 2015

27.01.2016
 



CALAMITY JANE





"J'ai fui toute ma vie...je dois faire face!"

On se souvient de Natalie Portman, adolescente chétive, ensanglantant son bain dans Heat de Michael Mann. On se souvient de Natalie Portman, gamine rebelle et sensible, collant aux basques de Jean Reno dans Leon de Luc Besson. On n'oubliera jamais Natalie Portman, ballerine démente, pourchassée par son côté obscur et inquiétant dans Black Swan de Darren Aronosky. Natalie est de retour dans un rôle de femme forte qui en a dans le pantalon, sorte de Mère Courage faisant son Western. Dans Jane Got a Gun il n'y a pas de tutu ou de licornes, mais des fusils, du sang et du cran.

Jane est contrainte, aux côtés de son ex, de protéger d'une bande de cow boys soûlards et pouilleux son foyer et son mari souffrant. Gavin O'Connor inflige à son récit comme à son héroïne un passage précoce et violent...les préliminaires ne sont pour les puceaux. Face à un Joel Edgerton über sexy, Natalie Portman incarne avec perfectionnisme cette Jane.

Le récit est bien ficelé et pourrait nous faire croire à un conte, un conte ensanglanté. Entre flashbacks et coups de feu, Jane Got a Gun détourne et contourne les codes du western à travers son huis clos infernal et magnifiquement oppressant. Le spectateur est balancé de bout en bout sous un soleil de battant et orchestré par la prestance du couple Edgerton/Portman, qui sait flinguer mais ne sait pas s'aimer.

Film maudit (remplacement de réalisateur, d'acteurs, dépassement de budget, décalage de sorties), on en sent les troubles et le chaos dont il a souffert. Il manque sans doute des situations fortes pour en faire un grand western. Mais le film, pas si féministe malgré son pitch, dégage de ses défauts une intensité plus rude que sentimentale. On peut le voir comme un film patchwork ou comme une fable où la princesse et le prince, mal assortis au départ, finissent, finalement par se retrouver.
Le spectateur ne lâche rien et reste crispé à son siège (en y versant quelques larmes) jusqu'à l'étonnant clap de fin. Jouissif si on se laisse embarquer.
 
cynthia

 
 
 
 

haut