Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
Jane Got a Gun


USA / 2015

27.01.2016
 



CALAMITY JANE

Le livre Bye Bye Bahia



"J'ai fui toute ma vie...je dois faire face!"

On se souvient de Natalie Portman, adolescente chétive, ensanglantant son bain dans Heat de Michael Mann. On se souvient de Natalie Portman, gamine rebelle et sensible, collant aux basques de Jean Reno dans Leon de Luc Besson. On n'oubliera jamais Natalie Portman, ballerine démente, pourchassée par son côté obscur et inquiétant dans Black Swan de Darren Aronosky. Natalie est de retour dans un rôle de femme forte qui en a dans le pantalon, sorte de Mère Courage faisant son Western. Dans Jane Got a Gun il n'y a pas de tutu ou de licornes, mais des fusils, du sang et du cran.

Jane est contrainte, aux côtés de son ex, de protéger d'une bande de cow boys soûlards et pouilleux son foyer et son mari souffrant. Gavin O'Connor inflige à son récit comme à son héroïne un passage précoce et violent...les préliminaires ne sont pour les puceaux. Face à un Joel Edgerton über sexy, Natalie Portman incarne avec perfectionnisme cette Jane.

Le récit est bien ficelé et pourrait nous faire croire à un conte, un conte ensanglanté. Entre flashbacks et coups de feu, Jane Got a Gun détourne et contourne les codes du western à travers son huis clos infernal et magnifiquement oppressant. Le spectateur est balancé de bout en bout sous un soleil de battant et orchestré par la prestance du couple Edgerton/Portman, qui sait flinguer mais ne sait pas s'aimer.

Film maudit (remplacement de réalisateur, d'acteurs, dépassement de budget, décalage de sorties), on en sent les troubles et le chaos dont il a souffert. Il manque sans doute des situations fortes pour en faire un grand western. Mais le film, pas si féministe malgré son pitch, dégage de ses défauts une intensité plus rude que sentimentale. On peut le voir comme un film patchwork ou comme une fable où la princesse et le prince, mal assortis au départ, finissent, finalement par se retrouver.
Le spectateur ne lâche rien et reste crispé à son siège (en y versant quelques larmes) jusqu'à l'étonnant clap de fin. Jouissif si on se laisse embarquer.
 
cynthia

 
 
 
 

haut