Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde. sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | istanbul escort | sex toys | vibrators



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
Free Love (Freeheld)


USA / 2015

10.02.2016
 



MA FEMME, MA BATAILLE





« Elle passe sa vie à rétablir la justice et ils lui refusent la justice ». <^> Les combats activistes, qu’ils soient environnementalistes ou communautaristes, ont toujours fasciné les scénaristes américains. Ceux-ci savent maîtriser la narration d’un fait réel pour le rendre « hollywoodien ». Cela ne veut pas dire que ça en fera un grand film. Free Love a tout pour lui : des interprètes parfaits, une histoire bouleversante, une progression dramatique. Mais il a contre lui une mise en scène qui manque de singularité, qui empêche l’élan nécessaire pour en faire un grand film du genre.

Si sa réalisation est plate, Free Love vaut quand même le coup d’œil. D’abord et avant tout pour son argumentaire. Bien sûr, maintenant que le mariage pour tous est légalisé aux Etats-Unis, le propos paraîtra un peu désuet. Mais aucun combat n’est jamais acquis. Et toutes les bonnes causes ont en commun d’avoir été gagné par de petites batailles. Celle de Laurel et Stacie est une petite victoire locale qui a contribué à la reconnaissance de l’égalité des droits des couples de même sexe.

Le duo formé par une Julianne Moore à peine maquillée (et évidemment précise dans son jeu) et Ellen Page (crédible de l’allure aux sentiments exprimés) sert de piliers fondateurs. Mais il ne faut pas oublier Michael Shannon, formidable en ami bienveillant, et Steve Carell, parfait en militant gay juif excessif. Le scénario est construit avec efficacité : démonstration que Laurel (Moore) vaut mieux que ses collègues masculins, installation de l’histoire d’amour et des obstacles pour la vivre au grand jour, maladie qui va tout dévaster, délibérations politiques et médiatiques pour imposer de manière assez didactique la décision la plus juste.

On est davantage intéressé par ce qui est en arrière plan : l’homophobie latente, la politisation d’une affaire privée, la puissance d’une relation amoureuse. On comprend qu’Ellen Page soit intéressée par ce film depuis plus de sept ans : pour vivre heureux, il ne faut pas vivre cacher. Après son coming-out salutaire et émouvant, l’actrice canadienne a trouvé un rôle qui traduit impeccablement son discours, entre liberté d’aimer et respect des droits.

Dans un Etat où même la meilleure flic est méprisée dès lors qu’elle est « une partenaire domestique » d’une autre femme, dans un milieu où s’assumer homosexuelle est prétexte à discriminer, ça ne peut que choquer , surtout quand ce sont des mâles grisonnants qui ont le pouvoir. Les traditions valent plus que les convictions.

Rien de neuf sous la bannière de l’Oncle Sam. De Philadelphia à Harvey Milk, le cinéma américain s’est régulièrement emparé de ce thème pour donner de grands rôles à ses stars et tenter de bousculer les préjugés de l’Amérique moyenne grâce à la caution du nom de ces vedettes hétérosexuelles. Free Love n’est pas au niveau des deux films précédemment cités, même s’il en a tous les ingrédients. Mais une chose est certaine, même dans un registre mineur, Hollywood sait nous convaincre que la justice l’emporte toujours et que le sens de l’Histoire est progressiste.
 
vincy

 
 
 
 

haut