C'est le blockbuster aoutien. Mission:Impossible - Fallout reçoit louanges d'une presse chauvine et admiration des médias les plus intellos. Mais Tom Cruise réussit une fois de plus à captiver l'audience avec ses cascades à la Bébel. Du spectacle, de l'action, et Paris font le reste.



Alive in France
Capitaine Morten et la reine des araignées
Détective Dee : La légende des Rois Célestes
Equalizer 2
Happiness road
Le monde est à toi
Le poirier sauvage
Mario
Mary Shelley
Mission: Impossible - Fallout
My Lady
Papillon
Under the Silver Lake



Deadpool 2
Love, Simon
JSA (Joint Security Area)
Les Indestructibles 2
Central do Brasil
La ballade de Narayama
The Party
Blood simple



Jurassic World: Fallen Kingdom
La mauvaise réputation
Le voyage de Lila
Ocean's 8
Trois visages
How to Talk to Girls at Parties
Sans un bruit
Parvana
Tully
Un couteau dans le coeur
Le dossier Mona Lina
Joueurs
Au poste!
Dark River
Dogman
L'Envol de Ploé
Paranoïa
Skyscraper
Tulip Fever
Ant-Man et la Guêpe
Come As You Are
Fleuve noir
The Guilty
Hotel Artemis
Hôtel Transylvanie 3: Des vacances monstrueuses
La saison du diable
Mamma Mia! Here We Go Again
Roulez jeunesse






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
X-men: Apocalypse


USA / 2015

18.05.2016
 



JUSTE PAS LA FIN DU MONDE






"- Il a copié la Bible!
- Ou la Bible l'a copié..."



Les X-Men sont de retour dans le passé... encore. Car il ne faut pas se perdre au fil des épisodes de la franchise qui a toujours du mal à conclure ses "trilogies". Nous étions dans le présent, mais ici, avec X-Men Apocalypse, on repart dans le passé et plus précisément dans les années 80. Pour ceux qui auraient mal au crâne, ce X-men est un peu comme si c'était la suite d'X-Men: Le commencement. Vous suivez?
Cette fois, les héros vont devoir faire face au premier mutant du monde un Adam de leur communauté à la dégaine d'Arnold Schwarzenegger dans Batman et Robin (le talent en plus ici).

Si le scénario n'est pas mauvais, qu'on est diverti comme il faut du début à la fin et qu'on est plus qu'heureux de retrouver l'univers X de Bryan Singer, on est quelque peu déçu par l'ensemble, et carrément par les costumes de certains: Apocalypse (un méchant qui n'est pas convaincant, c'est toujours problématique) et Diablo donnent la nausée (on se souvient de Diablo dans X-Men 2 qui était d'un bleu envoûtant) et Mystique se fait rare, remplacée par la plastique (de rêve) de son interprète Jennifer Lawrence (sans doute pour justifier son cachet pour ses adieux à la série). "Elle n'est jamais en bleu celle-ci" cria un spectateur... On n'ira pas jusque-là mais il est sûre que la Fox a voulu exploité la présence de la super star américaine dans leur franchise pour avoir du chiffre.


Si X-Men: Apocalypse n'est pas une "tuerie" - le scénario est prévisible et manque de noirceur et de profondeur, ce qui faisait l'atout de la série reboostée par Singer -, il ne nous flingue pas le cerveau non plus. Pourtant, il faut se l'avouer, le caméo de Wolverine en jette plus que les 2h27 de film... Problématique, et pourtant on n'a rien à reprocher à James McAvoy et Michael Fassbender, toujours très bons dans leur duo/duel.
À croire que le chiffre 3 ne porte pas chance aux X-Men!
 
Cynthia

 
 
 
 

haut