Hors-compétition à Cannes, The Spy Gonbe North est l'un des rares grands films coréens de cette année à sortir en salles. Ce thriller d'espionnage vaut le détour, sans passer par la Corée du nord.



8, avenue Lénine
Amanda
Carmen et Lola
Chien de garde
Festen
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Les filles du soleil
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Suspiria
Yomeddine



A Star is Born
Chris the swiss
RBG
Un 22 juillet
Yéti & Compagnie
Le grand bain
En liberté !
The Spy Gone North



Mademoiselle de Joncquières
Première année
Les Frères Sisters
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom
Tazzeka
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
The House that Jack Built
Bamse au pays des voleurs
Bohemian Rhapsody
Breathe
Chacun pour tous
Cold War
Jean-Christophe & Winnie
Quién te cantará
Silvio et les autres
Ta mort en shorts
Touch Me Not
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
X-men: Apocalypse


USA / 2015

18.05.2016
 



JUSTE PAS LA FIN DU MONDE






"- Il a copié la Bible!
- Ou la Bible l'a copié..."



Les X-Men sont de retour dans le passé... encore. Car il ne faut pas se perdre au fil des épisodes de la franchise qui a toujours du mal à conclure ses "trilogies". Nous étions dans le présent, mais ici, avec X-Men Apocalypse, on repart dans le passé et plus précisément dans les années 80. Pour ceux qui auraient mal au crâne, ce X-men est un peu comme si c'était la suite d'X-Men: Le commencement. Vous suivez?
Cette fois, les héros vont devoir faire face au premier mutant du monde un Adam de leur communauté à la dégaine d'Arnold Schwarzenegger dans Batman et Robin (le talent en plus ici).

Si le scénario n'est pas mauvais, qu'on est diverti comme il faut du début à la fin et qu'on est plus qu'heureux de retrouver l'univers X de Bryan Singer, on est quelque peu déçu par l'ensemble, et carrément par les costumes de certains: Apocalypse (un méchant qui n'est pas convaincant, c'est toujours problématique) et Diablo donnent la nausée (on se souvient de Diablo dans X-Men 2 qui était d'un bleu envoûtant) et Mystique se fait rare, remplacée par la plastique (de rêve) de son interprète Jennifer Lawrence (sans doute pour justifier son cachet pour ses adieux à la série). "Elle n'est jamais en bleu celle-ci" cria un spectateur... On n'ira pas jusque-là mais il est sûre que la Fox a voulu exploité la présence de la super star américaine dans leur franchise pour avoir du chiffre.


Si X-Men: Apocalypse n'est pas une "tuerie" - le scénario est prévisible et manque de noirceur et de profondeur, ce qui faisait l'atout de la série reboostée par Singer -, il ne nous flingue pas le cerveau non plus. Pourtant, il faut se l'avouer, le caméo de Wolverine en jette plus que les 2h27 de film... Problématique, et pourtant on n'a rien à reprocher à James McAvoy et Michael Fassbender, toujours très bons dans leur duo/duel.
À croire que le chiffre 3 ne porte pas chance aux X-Men!
 
Cynthia

 
 
 
 

haut