Black Panther est peut-être le meilleur film Marvel depuis la création de l'univers (de la marque). Et c'est aussi un changement d'ère avec un casting noir, un cinéaste afro-américain, et un sujet hyper-politique. Outre ses qualités, les grosses recettes attendues vont permettre, comme pour Wonder Woman, de prouver qu'un blockbuster n'est pas une affaire de mâles blancs.



4 histoires fantastiques
Belle et Sébastien 3
Black Panther
Bravo Virtuose
Finding Phong
Krank
L'apparition
L'étrange forêt de Bert et Joséphine
La princesse des glaces
Le retour du héros
Phantom Thread
Un jour, ça ira
Wajib, l'invitation au mariage



Un homme intègre
Seule la terre
A Ghost Story
Drôles de petites bêtes
Le crime de l'Orient-Express
Seule sur la plage la nuit
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
Alice Comedies, volume 2
La douleur
Pentagon Papers
Gaspard va au mariage
England is mine
Human Flow
Jusqu'à la garde



Coco
Les Gardiennes
L'échange des princesses
L'échappée belle
La cordillera
La Promesse de l'aube
Les heures sombres
Maria by Callas
Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi
Tharlo, le berger tibétain
The Florida Project
Wonder
Tout l'argent du monde
Downsizing
Si tu voyais son coeur
Vers la lumière
In the fade
Last flag flying
Fortunata
Hannah
The Greatest Showman
Centaure
L'insulte
Non
Une saison en France
Wonder Wheel
Agatha, ma voisine détective
Cinquante nuances plus claires
Cro Man
Le Labyrinthe: Le remède mortel
Vivir y otras ficciones






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 4

 
X-men: Apocalypse


USA / 2015

18.05.2016
 



JUSTE PAS LA FIN DU MONDE






"- Il a copié la Bible!
- Ou la Bible l'a copié..."



Les X-Men sont de retour dans le passé... encore. Car il ne faut pas se perdre au fil des épisodes de la franchise qui a toujours du mal à conclure ses "trilogies". Nous étions dans le présent, mais ici, avec X-Men Apocalypse, on repart dans le passé et plus précisément dans les années 80. Pour ceux qui auraient mal au crâne, ce X-men est un peu comme si c'était la suite d'X-Men: Le commencement. Vous suivez?
Cette fois, les héros vont devoir faire face au premier mutant du monde un Adam de leur communauté à la dégaine d'Arnold Schwarzenegger dans Batman et Robin (le talent en plus ici).

Si le scénario n'est pas mauvais, qu'on est diverti comme il faut du début à la fin et qu'on est plus qu'heureux de retrouver l'univers X de Bryan Singer, on est quelque peu déçu par l'ensemble, et carrément par les costumes de certains: Apocalypse (un méchant qui n'est pas convaincant, c'est toujours problématique) et Diablo donnent la nausée (on se souvient de Diablo dans X-Men 2 qui était d'un bleu envoûtant) et Mystique se fait rare, remplacée par la plastique (de rêve) de son interprète Jennifer Lawrence (sans doute pour justifier son cachet pour ses adieux à la série). "Elle n'est jamais en bleu celle-ci" cria un spectateur... On n'ira pas jusque-là mais il est sûre que la Fox a voulu exploité la présence de la super star américaine dans leur franchise pour avoir du chiffre.


Si X-Men: Apocalypse n'est pas une "tuerie" - le scénario est prévisible et manque de noirceur et de profondeur, ce qui faisait l'atout de la série reboostée par Singer -, il ne nous flingue pas le cerveau non plus. Pourtant, il faut se l'avouer, le caméo de Wolverine en jette plus que les 2h27 de film... Problématique, et pourtant on n'a rien à reprocher à James McAvoy et Michael Fassbender, toujours très bons dans leur duo/duel.
À croire que le chiffre 3 ne porte pas chance aux X-Men!
 
Cynthia

 
 
 
 

haut