Un homme intègre est le portrait d'un pays corrompu, dans lequel un homme honnête tente de survivre sans se compromettre. Intense, le film livre une morale effrayante. Pendant ce temps, son cinéaste, Mohammad Rasoulof a été privé de sa liberté de circuler et de travailler en Iran. Un réalisateur intègre.



Bienvenue à Suburbicon
Isola
La fable du coq
Leila
Les Gardiennes
Makala
Paddington 2
Santa & Cie
Seule la terre
Stars 80 la suite
Tueurs
Un homme intègre
We Are X



120 battements par minute
Le Sens de la fête
Quel cirque !
Le vent dans les roseaux
Carré 35
Ex Libris: The New York Public Library
A Beautiful Day (You were never really here)
La Montagne entre nous
Wallace & Gromit: Cœurs à modeler
Prendre le large
Battle of the Sexes
La Promesse



Kingsman: Le cercle d'or
Blade runner 2049
L'école buissonnière
The Meyerowitz Stories
Zombillénium
The Square
Au revoir là-haut
Thor: Ragnarok
D'après une histoire vraie
Jeune femme
Le Fidèle
Les conquérantes
Mise à mort du cerf sacré
Borg McEnroe
En attendant les hirondelles
Jalouse
Tout nous sépare
Borg McEnroe
En attendant les hirondelles
Tout nous sépare
Diane a les épaules
Justice League
L'école de la vie
Le musée des merveilles
M
Simon et Théodore
La lune de Jupiter
Marvin ou la belle éducation
Thelma
Coco
La Villa
Le bonhomme de neige
Plonger
Prendre le large






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
X-men: Apocalypse


USA / 2015

18.05.2016
 



JUSTE PAS LA FIN DU MONDE






"- Il a copié la Bible!
- Ou la Bible l'a copié..."



Les X-Men sont de retour dans le passé... encore. Car il ne faut pas se perdre au fil des épisodes de la franchise qui a toujours du mal à conclure ses "trilogies". Nous étions dans le présent, mais ici, avec X-Men Apocalypse, on repart dans le passé et plus précisément dans les années 80. Pour ceux qui auraient mal au crâne, ce X-men est un peu comme si c'était la suite d'X-Men: Le commencement. Vous suivez?
Cette fois, les héros vont devoir faire face au premier mutant du monde un Adam de leur communauté à la dégaine d'Arnold Schwarzenegger dans Batman et Robin (le talent en plus ici).

Si le scénario n'est pas mauvais, qu'on est diverti comme il faut du début à la fin et qu'on est plus qu'heureux de retrouver l'univers X de Bryan Singer, on est quelque peu déçu par l'ensemble, et carrément par les costumes de certains: Apocalypse (un méchant qui n'est pas convaincant, c'est toujours problématique) et Diablo donnent la nausée (on se souvient de Diablo dans X-Men 2 qui était d'un bleu envoûtant) et Mystique se fait rare, remplacée par la plastique (de rêve) de son interprète Jennifer Lawrence (sans doute pour justifier son cachet pour ses adieux à la série). "Elle n'est jamais en bleu celle-ci" cria un spectateur... On n'ira pas jusque-là mais il est sûre que la Fox a voulu exploité la présence de la super star américaine dans leur franchise pour avoir du chiffre.


Si X-Men: Apocalypse n'est pas une "tuerie" - le scénario est prévisible et manque de noirceur et de profondeur, ce qui faisait l'atout de la série reboostée par Singer -, il ne nous flingue pas le cerveau non plus. Pourtant, il faut se l'avouer, le caméo de Wolverine en jette plus que les 2h27 de film... Problématique, et pourtant on n'a rien à reprocher à James McAvoy et Michael Fassbender, toujours très bons dans leur duo/duel.
À croire que le chiffre 3 ne porte pas chance aux X-Men!
 
Cynthia

 
 
 
 

haut