Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
Truman


Espagne / 2015

06.07.2016
 



FAIM DE VIE





"Chacun meurt comme il peut"

Faire un film léger sur la mort, voire une comédie, est un défi de taille que Cesc Gay, malgré tous ses efforts, ne relève pas vraiment. Son récit a beau multiplier les passages humoristiques et les situations cocasses, il ne peut s’empêcher de tirer systématiquement vers la mélancolie et le tire-larmes entre chaque bon mot. Cette alternance d’émotions, sur laquelle repose tout le scénario, s’avère rapidement mécanique, surtout lorsque l’on comprend que le film ne nous épargnera rien du parcours du mourant en dix étapes, du choix du cercueil à la réconciliation symbolique avec les anciens ennemis, en passant par les impossibles adieux à ses proches.

Même Ricardo Darin, impeccable en personnage manipulateur et cabotin qui n’a plus rien à perdre, peine à donner un peu de relief à cette succession assez plan-plan de sketches destinés à brosser de la mort un portrait digne et bouleversant à la fois. Son compère, Javier Cámara, n’est guère mieux servi, qui assume le rôle ingrat mais traditionnel dans le buddy movie du bon copain dévoué, toujours un peu en retard sur le vrai héros du film, et parfait en faire-valoir légèrement tourné en ridicule.

Certes, on ne passe pas un mauvais moment devant ce qui fut étonnamment le grand succès du cinéma espagnol 2015 (avec notamment cinq Goyas, équivalents des César, dont meilleur film, meilleur acteur et meilleur second rôle). Mais on n’est pas non plus surpris ni bousculé par cette œuvre qui, à force de vouloir à tout prix être grand public, facile d’accès et pas plombante, s’avère un peu trop lisse et inégale dans ses moments forts, parfois même assez prévisible, et surtout plus mièvre que mordante. Au moins la pudeur de l'ensemble évitera au film d'aller trop loin dans le mélo et le pathos...
 
MpM

 
 
 
 

haut