Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Cigognes et compagnie (Storks)


USA / 2016

12.10.2016
 



LES TEMPS MODERNES





«Nous ne sommes pas une famille, nous sommes juste un gars et une fille qui essayons d’élever un bébé .»

C’est presque la bonne surprise de l’animation « mainstream » américaine. Cigognes & compagnie est efficace de bout en bout : action, dérision, « morale de l’histoire » adaptée aux temps modernes et prouesses techniques sont au rendez-vous.

Plus intéressant encore, il s’agit d’une critique insidieuse des conditions de travail contemporaines. C’est d’ailleurs assez ironique qu’Amazon soit un partenaire marketing du film tant l’entrepôt et la stratégie du factice CornerStore.com est une méchante parodie à peine masquée du géant de cybercommerce : production stakhanoviste, destruction des commerces traditionnels (ici la livraison de bébé remplacée par celle de smartphones), obsession des profits, hiérarchie verticale basée sur le harcèlement, … L’immense entrepôt tient par ailleurs en équilibre sur un pic vertigineux. Manière de signifier la fragilité économique de l’entreprise.

Evidemment, une jeune rebelle (la seule humaine parmi les cigognes, qui plus est rousse et frisée) et une cigogne ambitieuse mais intègre vont bousculer tout ça. Miss Catastrophe et ses « angry birds » vont même secouer tout ce petit univers installé. Les deux personnages sont ingénieux, rêveurs, imaginatifs, solitaires et solidaires. Ils forment un couple moderne, avec un bébé sur les bras (un incident a conduit à la réactivation de l’usine à progénitures). A cela s’invitent une meute de loups « homoparentale » (et assez déjantée), un paria, une famille humaine qui se ressoude en redécouvrant sa foi dans les cigognes, un pigeon fielleux et un boss légèrement too much dans ses excès.

Sacrée variation sur la famille (qui se confirmera avec l’épilogue « rouquin » et le générique qui effraiera les militants de La Manif pour Tous), Cigognes & compagnie cherche la voie entre un divertissement (très efficace, parfois franchement drôle à l’instar de cette bagarre en silence pour ne pas réveiller le bébé) et la définition de la famille (vous l’aurez compris : rien à voir avec une papa, une maman). Il y parvient malgré quelques facilités dans le scénario, le choix des rebondissements. Le récit peut paraître convenu et la narration déjà vue.

Il n’empêche : le délire va assez loin et les protagonistes sont tous attachants (et terriblement expressifs). Dans le genre comédie animalière anthropomorphique, ces cigognes se défendent bien.
 
vincy

 
 
 
 

haut