Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Anthropocène
In Fabric
Joyeuse retraite!
Knives and skin
L'incinérateur de cadavres
La reine des neiges 2
Le Roi
Les éblouis
Les enfants d'Isadora
Les misérables
Nouvelle cordée
Pat et Mat en hiver
Pirouette et le sapin de noël
Quand les filles flirtaient avec les dieux
Temporada
Terminal sud



Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 56

 
Tu ne tueras point (Hacksaw Ridge)


USA / 2015

09.11.2016
 



IL FAUT SAUVER LE SOLDAT DOBBS





Après Braveheart, La Passion du Christ et Apocalypto, Mel Gibson est de retour derrière la caméra pour ce qui est de loin son meilleur film.

Foi et incompréhension

Objecteur de conscience, Desmond Doss s'engage volontairement pendant la Seconde guerre mondiale. Néanmoins, il refuse de tuer ou de porter une arme en raison de ses croyances. Affecté au poste d'auxiliaire sanitaire, il va découvrir l'enfer de la guerre au cours de la bataille d'Okinawa (Japon).

Inspiré d'une histoire vraie, le nouveau film de Mel Gibson est aussi incroyable que son sujet. A un moment où croyances et convictions sont régulièrement mises en contradiction avec les notions de devoir et de fonction, Tu ne tueras point fait un bien fou. Atypique et déconcertant, ce film de guerre présenté hors compétition à la dernière Mostra de Venise parvient à rendre intelligible les deux camps qui s'opposent ici. Pour des raisons évidentes et expliquées dans la seconde partie, Desmond Doss refuse d'utiliser une arme. Soit. Mais en temps de guerre, ne faut-il pas revoir ses principes ? Telle est finalement la question que pose Tu ne tueras point. Un point de vue sur l'objection de conscience qui pourrait s'appliquer à des cas très actuels dans notre société... La foi a toujours été un moteur pour le cinéaste, qu'elle soit patriotique ou religieuse. Droits dans leurs convictions ses héros ont toujours été portés par une croyance qui les poussaient jusqu'à leurs limites, quitte à se sacrifier.

Mais, plus encore, le film laisse au spectateur la possibilité de trouver sa propre réponse, de se mettre à la place des protagonistes et de se ranger dans tel ou tel camp. Bien évidemment, film hollywoodien oblige, Tu ne tueras point est pétri de bonnes intentions, de séquences émouvantes et de personnages attachants. A l'image de Smitty, le soldat arrogant et faussement opposé à la présence de Doss dans leur unité. Sans surprise, le spectateur est amené à apprécier la détermination du soldat qui ne voulait pas être un militaire. Son courage, qualifié de miracle par certains, fait chaud au cœur et a le mérite de nous rappeler à tous que plus les temps sont durs, plus l'être humain peut nous surprendre. Et sans entrer dans les détails, il faut bien reconnaître que la relation entre Desmond et son père est très représentative de cela.

Traumatisme et peur

Très porté sur la psychologie des personnages et les rapports humains, Tu ne tueras point demeure un film de guerre. Malgré un budget de "seulement" 40 millions de dollars, Mel Gibson parvient à faire beaucoup et on ne peut qu'applaudir. Violente et sans répit, la deuxième partie du film montre l'horreur et les atrocités du front quand la première s'évertuait à faire doucement entrer Dobbs dans le monde adulte. Le choc est total et assourdissant pour le personnage campé par Andrew Garfield mais également pour le spectateur. Les moments de suspense sont nombreux, la peur de mourir est palpable et la nausée ne touche pas que les jeunes hommes à l'écran. Sombre dans sa manière de représenter les champs de bataille, Tu ne tueras point dépasse aisément nos attentes. Gibson aime le réalisme, s'affranchit des tabous esthétiques pour exposer l'horreur sans complaisance.

La troupe de golden boys embauchés pour jouer les braves n'est pas étrangère à la réussite du film. Au hasard, on retrouve ainsi Sam Worthington (Avatar), Vince Vaughn (True Detective), Luke Bracey (Point Break), Nathaniel Buzolic (The Originals) et Luke Pegler (Spartacus). Si les morts sont nombreux, il convient de noter que les têtes d'affiche sont largement épargnées et que, gimmick oblige, Mel Gibson n'a pas lésiné sur les compositions quasi christiques. Sa mise en scène fonctionne à merveille et le montage est des plus percutants. A 60 ans, celui que l'on a découvert dans Mad Max a donc enfin trouvé sa place : derrière la caméra ! Il a son style, son œuvre, sa cohérence avec une filmographie qui prend racine dans la résistance des minorités, de ceux qui ont raison avant les autres, et en payent lourdement le prix.

Âpre et hallucinant, Tu ne tueras point mérite son interdiction aux moins de 12 ans. Néanmoins, il n'en est pas moins stupéfiant de brillance. Plus dur que Lettres d'Iwo Jima et moins caricatural qu'American Sniper, le dernier rejeton de Mel Gibson a toutes les chances de marquer les esprits !
 
wyzman

 
 
 
 

haut