Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 105

 
Vaiana, la légende du bout du monde (Moana)


USA / 2016

30.11.2016 (16.11.2016 au Grand Rex)
 



SUR L’OCÉAN





«- La légende dit vrai. Quelqu’un devra partir.
- Mère, notre île est paradisiaque. Qui voudrait la quitter ?
»

Après Pocahontas, Mulan et Tiana, Disney nous offre la très jolie Vaiana (en français, Moana en anglais). Un conte légendaire polynésien où l’océan s’invite comme personnage principal, aux côtés d’une jeune princesse aventureuse, une grand mère folledingue, un père conservateur, un demi-dieu vaniteux, un crustacé géant bling bling et cruel, un poulet idiot (seul protagoniste qui rappelle un Disney), et des noix de coco pirates.

Vaiana est à la fois une fable écologique (l’exosystème est fortement menacé), une ode à l’audace (il faut prendre quelques risques dans la vie) et un dessin animé chatoyant et musical ("How Far I'll Go" – "Le bleu lumière" est un nouveau "Libéré, Délivré" en puissance). Le Roi Lion n’est pas loin. Luttant contre les ténèbres, loin de son île idyllique, l’élue Vaina affronte tempêtes, pirates, star égocentrique et solitude à travers un Océan aussi mystique que dans un Miyazaki. Le scénario, aussi classique soit-il, permet de ne pas se laisser aller à la fantaisie. Etonnement dramatique, tout en étant léger et enchanteur grâce aux chansons, le film s’offre même le luxe de n’avoir que quelques séquences d’action (peu effrayantes). Le périple est périlleux, l’humour assez banal, mais quelques bonnes idées parsemées (notamment ces tatouages animés sur la peau de Maui qui traduisent/trahissent son subconscient) et un sens du récit affuté en font un long métrage animé digne du studio, qui prouve que sa renaissance depuis quelques années n’est pas éphémère.

Des abysses mystérieux aux îles hostiles, des combats contre soi-même aux batailles épiques contre des ennemis pittoresques, Vaiana a tout d’un film spectaculaire. Cependant, ne négligeons pas de mentionner les évolutions et révolutions de Disney. Une princesse courageuse et rebelle, loin des héros mâles d’antan, dans la lignée de Rebelle, Raiponce et de La Reine des neiges, montre bien la nouvelle place de la femme dans l’imaginaire animé. La princesse n’attend plus son prince charmant. D’ailleurs, cette fois-ci, il n’y a aucun prince charmant. Les mâles ont plus d’une faille sous leur virilité tatouée et musclée apparente. Disney a également cessé de faire parler des accessoires, d’ajouter des multiples animaux de compagnie, et préfère l’usage de l’allégorie visuelle pour faire revivre une morte ou faire renaître une déesse.

Mais si Vaiana nous séduit davantage que les récents Disney "girly", même s’il est moins romantique, moins trépident ou moins classique, c’est sans doute aussi parce qu’il est très respectueux d’une culture qui lui est étrangère. Il lance un message inconscient qui explique sans le dire ce qu’est un peuple à travers son mode de vie et ses croyances. L’aventurière doit sauver son île. Mais en creux, Disney, pour une fois, tente de sauvegarder une culture qui aurait pu être caricaturalement folklorique.
Evidemment, cela reste un Disney, formaté pour être universel (vu par le plus grand nombre partout dans le monde). Mais au moins évite-t-on la leçon de morale occidentale ou un point de vue par trop impérialiste. Et il est très difficile, en plus, de résister au charme de cette vahiné farouche et malicieuse. De loin, Vaiana est l’héroïne la plus attachante que Disney ait créé depuis longtemps.
 
vincy

 
 
 
 

haut