Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. www.reeftiger.fr



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
Louise en hiver


France / 2016

23.11.2016
 



LA VIEILLE QUI MARCHAIT PRÈS DE LA MER






"Je n'ai pas peur... je suis juste contrariée!"

Un générique fait de photos et de cartes postales puis nous voilà plongés en vacances au soleil. Louise en hiver débute comme une fresque d'été avant de virer dans un conte où une vieille dame joue les Robinson Crusoé des temps modernes. Louise est une gentille grand-mère qui semble vivre seule et, qui, à cause d'une montre en arrêt, rate le dernier train la ramenant de ses vacances. Elle se retrouve en pleine tempête dans une station balnéaire déserte. Très vite, elle s'installe sur la plage, se pêche de quoi manger et rencontre un chien ("je voulais l'appeler Mercredi parce que nous nous sommes rencontrés un mercredi...mais je trouve que Pépère ça lui va mieux!") avant d'être rattrapée par ce qui nous suit telle une ombre: la solitude. Seule au monde, bis, ter...

La solitude est bel et bien le sujet de ce très joli film d'animation. Une solitude qui devient, à travers les souvenirs de son personnage principal, un tableau sur la vie. "C'est parce que j'ai toutes ses rides qu'ils m'ont abandonnée ! Ils pensent que c'est contagieux!"
Se retrouver seule sur cette plage n'est-ce pas justement un rappel de sa propre solitude intérieure ? Il ne lui reste que des rêves loufoques, des souvenirs perdus de sa jeunesse troublée et un chien vieux et perdu comme compagnie. Mais Louise vit des journées heureuses et moins heureuses où elle guette quelqu'un juste pour comprendre pourquoi ils ne sont plus dans sa vie comme avant... avant qu'elle ne perde sa jeunesse et qu'elle devienne une mamie que l'on préfère voir seulement de temps en temps. Alimentée par la voix rauque et enivrante de Dominique Frot, l'animation transporte et vacille le spectateur d'avant en arrière tel un doux bateau voguant sur une mer presque trop tranquille. Il en ressort une atmosphère mélancolique qui charme le spectateur.

Présenté au dernier festival du film francophone d'Albi, Louise en hiver est un hymne à la vie, un hommage à la vieillesse, un portrait de la solitude. C'est aussi une douce claque visuelle qui donne des palpitations au cœur et à l'âme. Nous en sortons touchés, songeur set avec la forte envie de passer la journée à tenir compagnie avec nos anciens.
 
Cynthia

 
 
 
 

haut