Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 23

 
Les Nouvelles aventures de Ferda la fourmi


/ 1977

08.02.2017
 



LA PETITE BÊTE QUI MONTE





On avait redécouvert Ferda la fourmi sur les écrans français en 2016, avec le premier court métrage du programme un peu abusivement intitulé Ferda la fourmi. Cette fois-ci l'héroïne culte du dessinateur Ondřej Sekora revient réellement avec un moyen métrage toujours signé Hermina Tyrlova et qui lui est entièrement consacré. On saisit mieux à travers ces nouvelles aventures la portée politique et symbolique de cette héroïne joyeuse et dévouée, reine du bricolage, injustement pourchassée par une justice cruelle et aveugle, mais qui peut compter sur l'aide de ses amis pour s'en sortir.

Si la solidarité est clairement au centre du film, on retrouve également à plusieurs reprises le thème de l'injustice et celui de la mécanisation au service d'une rationalisation et d'une simplification du travail. Ferda a notamment l'idée d'utiliser l'énergie délétère de ses ennemis (ici une sorte de cancrelat hypocrite, une araignée malveillante dans un autre court proposé en début de programme) pour mouvoir les ingénieuses machines qu'elle a inventées. Pas très étonnant puisque le film date de 1977 dans la Tchécoslovaquie communiste, et que Ondřej Sekora lui-même avait rejoint le parti au milieu de sa carrière. Toutefois, l'effet n'est évidemment pas celle d'une propagande pro-communiste, mais plutôt d'une morale gentille sur l'amitié, l'entraide et les bienfaits d'une vie simple et joyeuse.

En terme d'animation, on est une fois de plus impressionnés par la virtuosité de Hermina Tyrlova qui donne vie avec beaucoup de fluidité et de fantaisie à ses nombreux personnages. Tous issus du monde des insectes, ceux-ci sont tour à tour charmants et effrayants, espiègles et cruels, ridicules et mignons. Un véritable ballet visuel qui, s'il n'est pas toujours très lisible en terme de sens, s'avère malgré tout un enchantement perpétuel. Peu importe si l'on n'identifie pas chacun des animaux représentés, cela permet au contraire de rompre avec tout semblant de réalisme, et de laisser l'imagination prendre le relais, comme par exemple lorsqu'une sauterelle devient une sorte de cheval magique, ou quand se profile le ballet nuptial des futures reines fourmis. Car on n'est clairement pas là pour prendre un cours de biologie, mais plutôt une leçon d'intelligence dans le domaine par ailleurs si contrasté du cinéma jeune public.
 
MpM

 
 
 
 

haut