Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 23

 
De toutes mes forces


France / 2016

03.05.2017
 



MY MOM'S LIFE MATTERS





"Si t'étais moins jeune et moins con, bah je t'épouserai !"

Dix-sept ans après 17, rue Bleue, Chad Chenouage est de retour avec un long-métrage qui traite brillamment du quotidien d'un adolescent plus que tourmenté. Passionnant et nécessaire, De toutes mes forces vaut vraiment le détour.

Karma en panne

Actuellement en première dans un grand lycée parisien, Nassim cache à ses amis que sa mère est dépressive. Mais le jour où celle-ci meurt, son quotidien se retrouve complètement bouleversé. Dans l'incapacité d'habiter avec sa famille, il se retrouve placé dans un foyer. Il tente alors de jongler entre sa vie avec les jeunes du centre et celle avec ses camarades de classe. Mais ces deux mondes finissent par se rencontrer.

Pendant 1h38 c'est donc à la perte totale des repères de Nassim que l'on assiste, impuissants. Cet adolescent fait tout pour être heureux et ne pas voir l'horreur de sa situation : sans père, il est le seul à s'occuper de sa pauvre mère. Malheureusement, cela l'empêche de vivre pleinement sa vie d'adolescent. Une vie qui lui sera complètement arrachée par le suicide de sa mère. Comme porté par un karma défectueux, Nassim réalise petit à petit que le destin vers lequel il tend ne sera jamais celui-ci dont il rêvait.

Et le garçon n'est pas aidé. Habitué à fréquenter la jeune bourgeoisie parisienne, il a du mal à se faire un place dans ce nouveau foyer et n'évite pas certains écueils : les affrontements avec les "meneurs" et une brève romance avec la "rebelle" de la bande. Des rencontres et des péripéties qui vont modifier sa personnalité, faisant de lui un être qui, quelques mois plus tôt, l'aurait franchement rebuté.

Film social

Bien évidemment, De toutes mes forces ne s'affranchit pas des codes propres au cinéma social. On y voit un choc des cultures et une représentation plus ou moins correcte des classes populaires et des "nouveaux précaires" comme dirait Gilles Herail. Plus encore, De toutes mes forces donne une visibilité à des personnes auxquelles on s'intéresse rarement : ces adolescents un brin violents, trop vieux pour être adoptés et trop jeunes pour être envoyés en prison.

Dans une volonté d'être le plus authentique possible, on comprend très bien pourquoi Chad Chenouga s'est tourné vers Khaled Alouach pour incarner Nassim. Pour son premier rôle au cinéma, ce garçon de 19 ans a clairement de quoi faire et s'en sort haut la main. Colérique et instable, Nassim tente de faire son deuil. Et cela lui prend du temps. Par chance, Khaled Alouach a ici été épaulé par Yolande Moreau, absolument incroyable en directrice de foyer bienveillante. Bref, un rôle qui était fait pour elle !

Sans bousculer les codes du genre, De toutes mes forces est un film qui devrait plaire aux adolescents - et qui mérite de leur être montré. Sombre et cruel, le deuxième long-métrage de Chad Chenouga est de ceux qui ravissent les amateurs de cinéma réaliste, comme ce fut le cas lors du dernier Festival 2 Valenciennes dont De toutes mes forces est reparti avec le Prix de la Critique, le Prix des Etudiants et un Prix d'interprétation masculine (pour Khaled Alouach).
 
wyzman

 
 
 
 

haut