Laissez bronzer les cadavres est à la frontière du western, du polar et du giallo italien, avec geysers de sang, imagerie érotique, attente lourde et séquences solaires et moites. Et rien que pour ça, il faut aller le voir!



Bricks
Corbier, des traces dans la mémoire des masses
Knock
L'assemblée
La belle et la meute
Laissez bronzer les cadavres
Le monde secret des émojis
Le vent dans les roseaux
Les nouvelles aventures de Cendrillon
My Little Pony: le film
The Meyerowitz Stories
The Square
Tous les rêves du monde
Zombillénium



Le Caire Confidentiel
Baby Driver
120 battements par minute
Petit paysan
Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc
Une famille Syrienne
Good Time
Le redoutable
Home
A Ciambra
Des rêves sans étoiles
Le Sens de la fête
Quel cirque !



Barbara
Otez-moi d'un doute
Barry Seal: American Traffic
Les grands esprits
Mary
Mother!
Nos années folles
American Assassin
Faute d'amour
Kiss & Cry
Mon garçon
Le château de verre
Le Petit Spirou
Le jeune Karl Marx
Money
Kingsman: Le cercle d'or
Une suite qui dérange : le temps de l'action
Un beau soleil intérieur
Blade runner 2049
Capitaine Superslip
Confident royal
Dans la forêt enchantée de OukyBouky
Happy End
Téhéran tabou
Detroit
Kingsman: Le cercle d'or
L'atelier
L'école buissonnière
La passion Van Gogh
Numéro Une






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 11

 
Sans adieu


France / 2016


 



LA FRANCE D'EN BAS





"Si j'veux le faire mais c'est que j'peux plus !"

Photographe devenu cinéaste, Christophe Agou livre avec Sans adieu, un documentaire des plus remarquables. Présenté à l'ACID, il mérite toute votre attention !

Pendant 99 minutes, celui qui est connu pour avoir photographié le métro new-yorkais s'intéresse au quotidien de paysans, agriculteurs, éleveurs, fermiers, paysans, toutes ces personnes qui nous nourrissent mais dont on en entend que trop peu parler. Porté par Claudette, une fermière de 65 ans, cet ensemble de Français nous émeut et nous fait sourire.

Décédé en septembre 2015, Christophe Agou enchaîne ici les plans sur les animaux. Des chiens, des chats, des vaches, des poules, etc. Il fait de ces animaux "quelconques" des personnages à part entière de son film. Un documentaire certes, mais un film nécessaire, comme une dernière photographie laissée à voir au public. Celle de la France qui se lève tôt et qui dépend du bon vouloir de l'Etat - et de la météo !

Ces personnages, souvent peu éduqués, sont d'une franchise désarmante. En les suivant sur plusieurs années, Christophe Agou nous permet d'entrer dans leur vie, de partager leur quotidien, de faire face avec aux problèmes qu'ils rencontrent et plus encore, d'apprécier leur compagnie. Car à la fin, lorsque le générique retentit, une question : mais que deviennent-ils ?

Long, lent, parfois tortueux, Sans adieu fait partie de ces objets filmiques que l'on a du mal à décrire mais qui marquent. Par leur authenticité et l'amour de ceux qui les font. La photographie déconcerte et certains personnages troublent. Mais les images restent en tête. Sans adieu est un film fort, pépite au sein d'une sélection qui ne cesse de surprendre.
 
wyzman

 
 
 
 

haut