Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Le grand méchant renard et autres contes...


France / 2017

21.06.2017
 



LA FERME DES ANIMAUX

Le livre Bye Bye Bahia



«- Je crois qu’on a tué le Père Noël. »

Trois petites histoires pour les petits enfants : la ferme du Val Fleuri, et son bestiaire d’une fable de La Fontaine est le théâtre de récits burlesques qui flirtent avec l’esprit de Tex Avery.

Tout en conservant une direction artistique proche de celle d’Ernest et Célestine, son précédent film, Benjamin Renner, auteur des albums qui ont inspiré Le Grand méchant Renard et autres contes, nous emmène dans des contes loufoques, absurdes et vifs. C’est un enchaînement de mésaventures et de petites catastrophes. L’ « anamorphisme » renvoie cette petite communauté de cochon, lapin, poules, cigogne (ivre ?), renard, loup, poussins et autres à un village bien gaulois où l’on s’entraide autant qu’on s’engueule. Rien n’est parfait dans ce bas monde. Il faut juste limiter la casse. Errare Animaux Est.

Ces bêtes toutes plus bêtes les unes que les autres (même s’il y en a une toujours plus smart qui sauve les situations) nous rappellent fortement les humains et leurs failles. Les tons pastels, l’esquisse délicate, pas loin de l’art des estampes, ce dessin animé séduit d’emblée visuellement. Il s’offre quelques clins d’œil cinématographiques pour les plus grands (notamment un hommage à Totoro et à E.T.), rappelle les duos burlesques du cinéma muet avec ce canard et ce lapin crétins, se moque des jargons dans l’air du temps (« - Tu sais dans la vie, on peut pas tout contrôler. – Oui, il faut savoir lâcher prise... »).

Le Grand méchant renard ne parle finalement que de filiation avec son histoire de bébé mal embarqué ou de poussins qui se veulent renard. La responsabilité et l’esprit protecteur sauvent finalement les situations dramatiques (mais drôles) déclenchées par les plus insouciants. C’est plus mignon et touchant que profond et bouleversant.

Car le but de Benjmain Renner est davantage de se rapprocher de l'esprit de Wallace & Gromit que de la sensibilité d'Ernest & Célestine, de divertir avec une mise en scène précise et un scénario efficace plutôt que de raconter l’histoire de ces personnages. D’ailleurs, c’est le tempérament des animaux (et leurs différences qui s’entrechoquent) qui amène aux délires, qui provoque les gags. Ils ne subissent pas un contexte ou une malchance : ils en sont le moteur et tentent de réparer à chaque fois leurs bêtises.

Mais comme pour les bêtises des enfants, on est prêt à vite leur pardonner tant elles nous amusent.
 
vincy

 
 
 
 

haut