Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 29

 
Baby Driver


USA / 2016

19.07.2017
 



JOUE-LA COMME SCHUMACHER





"Quand ton cœur s'emballe c'est là que tu te prends une balle."

En 1h53, Edgar Wright réussit l'exploit de pondre le film le plus cool du mois, un thriller boosté aux chevaux et à l'humour trash. On valide (sauf pour les grincheux qui trouveraient ça vain)!

Drive pour les nuls

Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby est le meilleur dès lors qu'il roule au rythme de sa propre playlist. Le jour où il rencontre la fille de ses rêves, Debora, il décide de mettre fin à ses activités criminelles. Malheureusement, son patron n'est pas de cet avis.

A l'instar du Drive de Nicolas Winding Refn, Baby Driver s'offre une toute nouvelle dynamique après la rencontre amoureuse. Si Baby était jusque-là un jeune homme peu loquace et simplement doué derrière un volant, il apparaît comme plus accessible dès lors que Debora entre dans sa vie (et dans la nôtre). Entourés de personnages plus dérangés les uns que les autres, Baby et Debora font dès lors office de référents normaux. Un comble lorsque l'on sait qu'ils sont tous les deux loin d'être vraiment normaux.

Très intéressé et inspiré par son personnage principal, le réalisateur du Dernier Pub avant la fin du monde et scénariste d'Ant-Man donne vie à un être profondément bon mais anormalement torturé par la mort de sa mère et qui n'est pas sans rappeler Star-Lord, le héros des Gardiens de la Galaxie. Plus drôle et surprenant que le magnétique et stylisé Drive, Baby Driver offre un joli lifting aux films de braquages et autres courses-poursuites.

Tout feu tout flamme

C'est finalement sur quelques aspects bien particuliers que Baby Driver gagne un maximum de points, à commencer par ces scènes au cours desquelles Baby est derrière un volant. Plus crédible que n'importe quel pilote de Fast and Furious, Ansel Elgort convainc pleinement. Bien évidemment, l'absence d'effets spéciaux pompeux est un énorme plus qui apporte du cachet au projet, rappelant ainsi l'excellent et mésestimé Rush de Ron Howard. Après cela, il convient de noter la fluidité des dialogues et leur pertinence. Notamment ceux de Jamie Foxx (un membre de gang complètement barré) et de Kevin Spacey (un criminel plus sympathique qu'il n'y paraît), deux guests-stars de poids.

Dans le reste du casting, on notera tout de même les présences de Lily James (la star de Downton Abbey et de Cendrillon), Jon Bernthal (l'acteur de The Walking Dead qui a volé la vedette à Daredevil dans la série de Netflix) et de Sky Ferreira. La popstar joue ici la mère de Baby, un rôle-clé. Enfin, impossible de ne pas évoquer la bande originale de Baby Driver tant celle-ci confère au film son niveau de cool. De James Brown à Ennio Morricone en passant par Hans Zimmer, les Beach Boys, Beck et Queen, il y en a pour tous les goûts - et surtout ceux qui en ont de bons !

Nouvelle preuve que l'on peut faire des films cool sans négliger scénario et casting, Baby Driver devrait charmer tous les amateurs de course-poursuites et de joutes verbales absolument absurdes. Son succès inattendu aux Etats-Unis le confirme. Frais et excitant, Ansel Elgort est bien la révélation que l'on avait vue venir dans Nos étoiles contraires.
 
wyzman

 
 
 
 

haut