Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
Laissez bronzer les cadavres


France / 2017

18.10.2017
 



L’ÉTRANGE COULEUR DE L'OR DE TON CORPS





« Je n’aime pas les flics. Je n’aime pas la société. »

Après l'expérience intense de leur deuxième long métrage (L'étrange couleur des larmes de ton corps), Hélène Cattet et Bruno Forzani avaient envie de travailler sur un projet moins personnel, et donc moins impliquant émotionnellement (voir notre interview de 2014). C'est ainsi qu'est née l’idée d’adapter Laissez bronzer les cadavres, le roman de Jean-Patrick Manchette et Jean-Pierre Bastid (publié dans la collection Série noire en 1971) qui raconte les suites d'un braquage qui tourne au règlement de compte. Pas question pour autant pour le duo de renoncer à son identité visuelle et à son univers de prédilection, celui d'un cinéma ultra-sensoriel, bourré d'audaces esthétiques, qui affirme son style et sa vision avant même de raconter une histoire. Très gros plans, montage ultra découpé, touches de couleurs vives... c'est un festival d'effets de mise en scène et d'expérimentation formelle, mis au service d'un récit lui-même bourré de rebondissements et de changements de perspective. Quelque part à la frontière du western, du polar et du giallo italien, avec geysers de sang, imagerie érotique, attente lourde et séquences solaires et moites.

Le film est ainsi violent et drôle, mais aussi froid et crépusculaire, pas franchement optimiste dans son exploration des tréfonds de l'âme humaine. Les personnages se la jouent solo, obsédés par l'argent et la vengeance, prêts à trahir ou tuer à la première occasion, obsédés par l'argent et la vengeance. Toute l'intrigue se résume d'ailleurs très vite à un immense jeu de massacre, sorte de chasse à l'homme statique et perverse où chacun est à la fois proie et bourreau.

Les réalisateurs renforcent cette sensation en confinant l'action en un lieu unique qui propose différents espaces aux ambiances distinctes (une sorte de marque de fabrique de leur part). Ils jouent ainsi sur la manière dont les lieux communiquent entre eux, avec recoins et passages secrets, extérieurs inondés de soleil et intérieurs plongés dans l’obscurité, zones protégées et passages à découvert… Cette géographie précise et labyrinthique, parfaitement exploitée par la mise en scène, est comme une spatialisation de l’état d’esprit trouble des protagonistes, entre mensonges et secrets, déloyauté et liens inavoués.

Laissez bronzer les cadavres s’avère ainsi plus narratif et plus accessible que leurs œuvres précédentes, perdant d’une certaine manière en mystère et en intensité ce qu’il gagne en compréhension et en linéarité. Toutefois, il s’agit d’une tentative plutôt réussie de transcrire à l’écran ce que fut le style Bastid / Manchette à la littérature noire. En effet, comme le souligne Doug Headline, le fils de Jean-Patrick Manchette, «les adaptations précédentes des romans de mon père ont été banalisées et traitées sur un mode conventionnel, comme le tout-venant des films policiers d’hier et d’aujourd’hui. A l’opposé, la grande originalité de l’écriture cinématographique d’Hélène Cattet et Bruno Forzani se joue des conventions et apporte du coup un résultat sensoriel inédit. » Joyeusement iconoclaste, donc, avec la bénédiction des ayant-droits qui plus est.
 
MpM

 
 
 
 

haut