Yesterday est un bon feel-good movie, mix de comédie romantique, de film musical et de satire sociétale autour des chansons des Beatles. Danny Boyle fait un détour vers la comédie populaire dans sa vieille Angleterre avec au scénario l’auteur de Quatre mariages et un enterrement et de Love Actually.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son



Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 29

 
Zombillénium


France / 2017

18.10.2017
 



SATAN M’HABITE





La transposition d’une bande dessinée « décalée » en film d’animation ciblant plutôt les ados que les enfants ou les adultes est un exercice forcément délicat. Arthur de Pins, également auteur de la trilogie graphique, et Alexis Ducord, ont en partie réussi à animer les cases de Zombillénium.

Avouons que l’idée de la BD est bonne et fournit un bon pitch pour un film : zombies, vampires, démons, loup-garou et autres monstres mutants ou pas vraiment morts sont rassemblés dans un parc d’attraction d’une région industrielle en déclin. Ghetto ludique, dont l’actionnaire est Satan en personne, ce Zombillénium souffre d’une fréquentation en baisse, que seuls les Vampires parviennent à juguler grâce à leur sex-appeal (et la mode Twilight).

En version cinéma, cela donne un film plus sage qu’en apparence. Malgré la musique tonitruante et saturée de guitare, un dessin plus proche du comics que de la BD francophone et un scénario qui alterne de façon très hollywoodienne explications, « émotions » et actions, Zombillénium ne transgresse rien. Notamment parce que le film ne s’autorise pas à sortir de son récit originel publié il y a sept ans.

Il manque un regard cinématographique. C’est à dire autre chose que l’histoire qu’on nous raconte : des références, une double lecture, un angle subversif ou satirique. Le film d’animation reste coller au pitch de la BD, sans le transcender.

Cela ne retire rien à l’efficacité et la technicité du film. Il y a un plaisir certain à voir Zombillénium grâce à une histoire originale et un divertissement maîtrisé. Mais on est plus proche d’un manège (dés)enchanté que d’un grand huit sensationnel. Les personnages, souvent trop binaires, les rebondissements qu’on anticipe mécaniquement, et la tonalité plutôt plate, jamais sauvée par les effets visuels, empêchent le film de muer pleinement.

Finalement, on est juste « mordu » par Gretchen, dont les sentiments sont les plus évolutifs. La véritable héroïne est une stagiaire tatouée qui n’a pas froid aux yeux. C’est elle qui est la plus attachante au milieu de ces rivalités viriles entre un vampire narcissique et un loup-garou bodybuildé. C’est peut-être là que le film trouve sa vitalité.
 
vincy

 
 
 
 

haut