J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



90's
Aujourd'hui, rien
Avengers: Endgame
Debout
Disperata
Empathie
Je vois rouge
L'Adieu à la nuit
L'esprit Le Corbusier
La miséricorde de la jungle
Mais vous êtes fous
Monrovia, Indiana
Ne coupez pas!
Un tramway à Jérusalem
Victor & Célia



Green Book: sur les routes du sud
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Les éternels
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Zombillénium


France / 2017

18.10.2017
 



SATAN M’HABITE





La transposition d’une bande dessinée « décalée » en film d’animation ciblant plutôt les ados que les enfants ou les adultes est un exercice forcément délicat. Arthur de Pins, également auteur de la trilogie graphique, et Alexis Ducord, ont en partie réussi à animer les cases de Zombillénium.

Avouons que l’idée de la BD est bonne et fournit un bon pitch pour un film : zombies, vampires, démons, loup-garou et autres monstres mutants ou pas vraiment morts sont rassemblés dans un parc d’attraction d’une région industrielle en déclin. Ghetto ludique, dont l’actionnaire est Satan en personne, ce Zombillénium souffre d’une fréquentation en baisse, que seuls les Vampires parviennent à juguler grâce à leur sex-appeal (et la mode Twilight).

En version cinéma, cela donne un film plus sage qu’en apparence. Malgré la musique tonitruante et saturée de guitare, un dessin plus proche du comics que de la BD francophone et un scénario qui alterne de façon très hollywoodienne explications, « émotions » et actions, Zombillénium ne transgresse rien. Notamment parce que le film ne s’autorise pas à sortir de son récit originel publié il y a sept ans.

Il manque un regard cinématographique. C’est à dire autre chose que l’histoire qu’on nous raconte : des références, une double lecture, un angle subversif ou satirique. Le film d’animation reste coller au pitch de la BD, sans le transcender.

Cela ne retire rien à l’efficacité et la technicité du film. Il y a un plaisir certain à voir Zombillénium grâce à une histoire originale et un divertissement maîtrisé. Mais on est plus proche d’un manège (dés)enchanté que d’un grand huit sensationnel. Les personnages, souvent trop binaires, les rebondissements qu’on anticipe mécaniquement, et la tonalité plutôt plate, jamais sauvée par les effets visuels, empêchent le film de muer pleinement.

Finalement, on est juste « mordu » par Gretchen, dont les sentiments sont les plus évolutifs. La véritable héroïne est une stagiaire tatouée qui n’a pas froid aux yeux. C’est elle qui est la plus attachante au milieu de ces rivalités viriles entre un vampire narcissique et un loup-garou bodybuildé. C’est peut-être là que le film trouve sa vitalité.
 
vincy

 
 
 
 

haut