Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Black Christmas
Docteur?
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Le choix d'Ali
Leatherdaddy
Les envoûtés
Les reines de la nuit
Lillian
Lola vers la mer
Marriage Story
One Mind - une vie zen
Pahokee, une jeunesse américaine
Sans rivages
Une vie cachée



Joker
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)



Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Coco


USA / 2017

29.11.2017
 



TOUS EN SCÈNE





« On lui dit ou pas qu’il n y a pas de petits coins dans le monde des ancêtres ? »

Le Pixar annuel ou Disney des fêtes va réchauffer les hivers. Et se singularise avec une histoire qui emprunte autant aux comédies macabres de Tim Burton – Beetlejuice et L’étrange Noël de Monsieur Jack – qu’aux mélos sirupeux et pleins de grands sentiments des années 1950.

Coco est fabuleusement coloré, parfois outrancièrement, mélangeant morts et vivants, et surtout différentes influences picturales : le réalisme de Frida Kahlo, le muralisme social de Diego Riviera, l’urbanisme industriel de l’ère Jules Verne, la mythologie aztèque et les Codex mésoaméricains, etc…

Cela lui donne un air baroque et bariolé, des allures de film fantastique qui vire parfois au queer. Dans cette ambiance Halloween, au gré des malédictions des personnages principaux (un gamin normal, un chien bête, un défunt misérable, une grand mère autoritaire…).

On peut au moins souligner l’originalité réelle de Coco dans l’univers Pixa. Si le scénario est très classique, le sujet, le cadre et la direction artistique détonnent. Chez Disney, on aurait quelques références. Mais pour Pixar, Coco est un intrus parmi les jouets, monstres, poissons, super-héros, voitures, robots, cerveau. Il a un vague cousinage avec Là-haut et Rebelle. Le rapprochement s’arrête là.

Le film porte évidemment deux messages : la force inaltérable de la famille et la vitalité inaliénable de la musique (et des arts en général). Une famille qui se déchire depuis quatre générations et une musique bannie depuis. La morale sera évidemment simpliste, une histoire de réconciliations : familiale et musicale.

Rendons grâce à la production de nous avoir éviter des airs symphoniques. Ici, on est plus proche du blues mexicain, de la bluette romantique, de la chansonnette a capella qui rentre dans les têtes.

On peut regretter que les auteurs n’aient pas osé aller plus loin dans la description des inégalités sociales (y compris au Royaume des morts) et de l’arrivisme cynique. Si le film déroule de manière convenue son histoire, entre squelettes, saltimbanques et matriarcat, il faut attendre le dernier tiers de Coco pour être réellement happés.

Dès la rencontre entre Miguel, le gamin qui veut devenir musicien, et Ernesto de la Cruz, la star défunte à cause d’une cloche géante, tout s’accélère : flash-backs qui donnent de la profondeur aux personnages et rebondissements et actions qui donnent du rythme au séquences. La trahison (du genre mortelle), ingrédient rare chez Disney, apporte une dose de piment à un final qui a été plagié (un comble vu l’histoire) sur celui d’Hairspray.

Mais rien ne manque pour le feu d’artifice conclusif : ni l’émotion, ni le happy end, ni les bons sentiments. Il faut dire que ce voyage chez les Morts (sympathiques et festifs) donne goût à la vie. Et rappelons-le : on n’en a qu’une.
 
vincy

 
 
 
 

haut