Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Marriage Story
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
Get Out


USA / 2017

03.05.2017
 



BLACK MINDS MATTER





"Ne gâchons pas la matière grise."

Enorme succès commercial aux Etats-Unis, le premier film de l'humoriste de Jordan Peele est sans aucun doute le meilleur thriller de l'année. Pas étonnant dès lors qu'il soit nommé 4 fois aux prochains Oscars !

Méfiez-vous de votre belle-famille

Chris est noir, Rose est blanche. Ils sont ensemble depuis plusieurs mois et filent le parfait amour. Voilà pourquoi Chris accepte de rencontrer les parents de Rose, Missy et Dean. Mais très vite, il se rend compte que sa couleur de peau n'est pas le seul problème : d'étranges choses se produisent dans cette campagne éloignée de tout…

Thriller pur et dur, Get Out traite avec brio le racisme ordinaire ainsi que la couleur de peau de son personnage principal, Chris, jeune photographe noir bien dans ses baskets, et "woke". Au moment de préparer ses affaires pour le week-end à la campagne qui scellera sa relation avec Rose, il demande explicitement à celle-ci : "Ils savent que je suis black ?" Sans jamais en faire des tonnes, Jordan Peele crée une atmosphère anxiogène dans laquelle Chris se sent épié (un gendre noir dans une famille blanche ça dénote depuis Devine qui vient dîner ce soir), où le spectateur reste stupéfait.

Le scénario pose très vite les bases d'une confrontation sociale (et raciale). Il y a d'un côté un jeune homme noir qui tente de s'intégrer et de l'autre une famille blanche plus qu'étrange, toujours prompte à faire des remarques douteuses. Le père de Rose précise "J'ai voté Obama" quand son fils suppose "Tu dois aimer le basket ?" Mis bout à bout, les remarques et les comportements douteux mettent Chris et le spectateur mal à l'aise. Car dans Get Out, la couleur de peau n'est pas anodine.

Très vite, nous comprenons que les rares habitants noirs de la bourgade des parents de Rose sont loin d'être normaux. Le jardinier est flippant, la servante semble avoir un dédoublement de personnalité tandis que l'un des voisins désormais maqué à une femme d'âge mûr n'est plus lui-même.

Un premier film extraordinaire

Avec sa réalisation parfaite et son esthétique qui proche de celle d'Under the Skin, Jordan Peele signe un film engagé qui ravit toute la communauté noire américaine, confrontée à ses (ces) peurs. Avec beaucoup d'ironie, Get Out fait mal à l'Amérique blanche qui "objectifie" encore trop souvent les hommes noirs. Abattus en raison de leur prédisposition supposée à la violence, ils sont ici le vecteur des fantasmes sexuels de WASP dérangés.

Très politisé, Jordan Peele est principalement connu pour ses sketches Key & Peele, diffusés sur Comedy Central. Particulièrement inspiré, il met ici en scène les pires cauchemars de toute une génération consciente que les mentalités changent mais que les clichés ont la vie dure. De son flic blanc à cran dès qu'il voit un noir au volant d'une voiture à cette belle-famille composée de psychopathes en passant par cette voisine plus intéressée par la taille du sexe de Chris que par ses hôtes, Jordan Peele dévoile une galerie de personnages plus réalistes qu'on ne le souhaiterait.

Drôle et dérangeant à la fois, Get Out est de ces films que l'on oublie pas tant il laisse songeur et nous hante. Crue et violente, la première réalisation de Jordan Peele mérite tous les honneurs - en particulier pour son acteur principal, la révélation qu'est Daniel Kaluuya. Déjà vu dans Sicario, Skins, Black Mirror et bientôt à l'affiche de Black Panther, il mériterait d'être le premier noir non américain à être sacré meilleur acteur aux Oscars.
 
wyzman

 
 
 
 

haut