alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Kursk


Danemark / 2018

07.11.2018
 



MENSONGES D’ETAT





« La vie d’une épouse de marin n’est pas facile. »

Thomas Vinterberg nous plonge en eaux troubles. Non pas celles de la mer de Barents, glaciales, mais bien celles d’un fiasco politico-médiatique qui a coûté la vie d’une centaine de sous-mariniers russes.

Dans ce film qui dénonce clairement l’incompétence des autorités du pays, le cinéaste danois, à partir d’une enquête d’un journaliste américain, ne cherche même aucune excuse au Kremlin et à la hiérarchie militaire. Dès le départ, il montre le problème des versements des salaires aux braves marins de son armée.

Le film se découpe en trois axes. Ce qui rend le récit compréhensible mais empêche sans doute une certaine dramatisation et une immersion certaine dans la tragédie. Mais ne reprochons pas cette simplicité. Car il s’agit bien d’un film politique, davantage qu’un film d’action.

Kursk est l’histoire d’un peuple déconsidéré. Des hommes s’exerçant à une guerre qui n’existe plus avec un matériel vétuste. Des épouses et des parents qui butent contre une information opaque, manipulée, mensongère. Dans cette transposition des faits survenus en 2000, avec un casting international de haute volée, le film est efficace.

Les marins emprisonnés dans les abysses, leurs femmes désinformées et un pouvoir qui, par orgueil, préfère ignorer l’aide internationale et niée son incompétence, forment un ménage un trois diabolique où chacun va y perdre, beaucoup. La défaite est cuisante pour tous. Mais les coupables sont désignés : l’oligarchie militaire russe.

Naufrage de la bureaucratie russe

Le cinéaste fait surgir l’accident nucléaire assez vite, furtivement, avec peu de suspens. Même si on en connait l’issue, il parvient d’ailleurs à maintenir une tension réelle pour ce qui est des survivants. C’est de loin, cinématographiquement, la partie la plus réussie, en huis-clos. A terre, la colère des proches gronde et la révolte emporte le spectateur.

Le Koursk est un tombeau au fond de la mer. Le film est à la fois un survival sous-marin, un drame politique citoyen et un sauvetage monté comme un thriller. Trois faillites qui s’enchevêtrent.

Outre les beaux plans aquatiques, une interprétation sans défauts et quelques séquences bien écrites, on soulignera que le scénario réussit toujours à nous faire croire à l’impossible (sauver les survivants), nous mettant ainsi à la place de ces femmes qui attendent que leurs maris reviennent.

Vinterberg n’oublie jamais, derrière le scandale d’état, de se placer à hauteur d’hommes, avec leurs contraintes, leurs contradictions, leurs convictions. Une machine militaire dépassée par l’exigence de transparence et l’émotion médiatisée, des citoyens écrasés par ce système et qui trouve encore la force de se rebeller : Kursk est un cauchemar pour tous, de ceux qui sont piégés en haute mer à ceux qui sont coincés sur terre.

Les fils de la patrie

On voit bien comment le réalisateur s’est approprié cette histoire, loin, a priori, de ses précédents films. Il y a inséré une histoire d’amour, un portrait de communauté, un récit d’injustice. Autant de thèmes qui traversent sa filmographie. Depuis Festen, il aborde aussi les questions de filiation et de responsabilités. Et c’est ce qui ressort de Kursk. Chercher une vérité dans un magma de désinformation et de rumeurs. Mais surtout s’attacher à ce qu’un père défunt peut transmettre à son fils. C’est cette relation filiale qui soutient tout le film, même si cela peut paraître un peu mièvre. Le scénario a cette tendance de ne pas faire dans la subtilité. Peu importe. L’efficacité prime et Kursk démontre à gros traits que cette tragédie, qui laisse veuves et orphelins démunis, est d’autant plus inacceptable qu’elle était évitable.
 
vincy

 
 
 
 

haut