Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Black Christmas
Docteur?
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Le choix d'Ali
Leatherdaddy
Les envoûtés
Les reines de la nuit
Lillian
Marriage Story
One Mind - une vie zen
Pahokee, une jeunesse américaine
Sans rivages
Une vie cachée



Joker
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)



Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Millénium : Ce qui ne me tue pas (The Girl in the Spider's Web)


USA / 2018

14.11.2018
 



REINE A LA RESCOUSSE





"On me dit qu'il n'y a que vous pour ce travail…"

Annoncé comme une suite de Les Hommes qui n'aiment pas les femmes, Ce qui ne me tue pas n'a que peu de chances marquer les annales. Explications.

Un scénario qui patine

Frans Balder, un chercheur suédois, fait appel à Lisbeth Salander afin qu'elle récupère un logiciel qu'il a créé et qui permet de contrôler les armes nucléaires de la planète. Traquée à la fois par la NSA et un groupe de terroristes, Lisbeth fait alors appel à son vieil ami le journaliste Mikael Blomkvist.

Bien que les raisons qui expliquent le non-succès d'un film puissent être nombreuses, avec Millénium : Ce qui ne me tue pas, l'essentiel se trouve dans cette tentative d'intrigue. En effet, pendant près de deux heures, Steven Knight, Jay Basu et le réalisateur Fede Alvarez tentent de nous faire croire que cet objet filmique est plus impressionnant qu'il n'y paraît. Malheureusement, la sauce ne prend pas.

Accumulant les poncifs du genre, Ce qui ne me tue pas est à l'image du tome dont il est issue : une opportunité saisie qui ne se transforme pas en essai. Presque entièrement vidé de sa substance, Ce qui ne me tue pas tente alors de briller en utilisant deux personnages principaux qui, par leur noirceur et leur complicité, sont essentiels à l'histoire. Résultat, le spectateur complètement lésé, essaye de comprendre comment la NSA se retrouve mêlée à un drame familial et à une compétition ardue entre sœurs jumelles qui n'ont rien à voir.

L'aura d'une grande

Exit le duo Rooney Mara/David Craig qui avait fait le bonheur des cinéphiles dans l'adaptation de David Fincher - l'un de ses meilleurs films. Ici, Lisbeth et Mikael sont campés par Claire Foy et Sverrir Gudnason. Si le second a déjà été vu dans Borg/McEnroe, c'est bien la première qui sauve le film. En tentant d'incarner du mieux qu'elle peut ce personnage complexe et intrigant, Claire Foy réussit l'exploit d'éviter la case nanar à Ce qui ne me tue pas.

Complètement habité par le personnage de Lisbeth, Claire Foy laisse ici libre cours à son talent. Une aubaine pour Fede Alvarez qui se retrouve alors à jongler entre scènes d'action sans âme, prétextes à des pirouettes techniques et le charisme de son actrice principale qui crève l'écran. Filmée comme jamais et plus à nu que dans The Crown, Claire Foy éclipse toutes ses co-stars et nous ferait presque oublier la médiocrité du scénario et cette photographie simplement froide.

Si David Fincher était parvenu à créer une véritable œuvre cinématographique avec Les Hommes qui n'aiment pas les femmes, Fede Alvarez nous laisse ici sur notre faim. Avec un meilleur réalisateur et une meilleure histoire, Lisbeth Salander aurait pu nous faire rêver à nouveau. Un sacré gâchis.
 
wyzman

 
 
 
 

haut