Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 37

 
Outlaw King : Le Roi hors-la-loi (Outlaw King)


USA / 2017

09.11.2018
 



ROI MALGRE LUI





"Vous pensez à votre vengeance ? Ca déchire l'âme. Mais ça peut aussi être une arme."

Deux ans après Comancheria, Chris Pine retrouve David Mackenzie pour un blockbuster historique en forme de jolie claque. Explications.

Une histoire vraie

Robert Bruce, noble vaincu durant l'Ecosse médiale, devient roi contre son gré puis un héros hors-la-loi en voulant mener son pays vers l'indépendance refusée par les Anglais. Contraint à se battre pour sauver sa famille, son peuple et son pays, Robert Bruce s'empare de la couronne écossaise et rassemble une troupe de soldats hétéroclites. C'est avec eux qu'il doit affronter l'armée la plus puissante au monde, menée par le redoutable roi Edouard 1er et son imprévisible fils, le prince de Galles.

Episode inédit de l'histoire britannique, Outlaw King aurait pu débuter comme n'importe quel film historique centré sur une bataille à l'issue cruciale. Nous rencontrons Robert Bruce alors qu'il épaule son père, Robert VI de Bruce, un baron écossais vaincu qui a prêté allégeance au roi Edouard Ier d'Angleterre, lors des négociations avec celui-ci.

Mais à la différence de Braveheart, The Bruce ou plus récemment The Birth of a Nation, Outlaw King se démarque par un impressionnant (et factice) plan séquence qui présente tous les archétypes en action. Le roi intransigeant, le prince ambitieux, le père sage, le fils honnête, la promise sensible, le rival conquérant et les amis fidèles, tous y sont.

Par la suite, le récit de David Mackenzie se déroule comme prévu. Touché par les derniers mots de son père, Robert Bruce retrouve la raison et la foi et prend son destin en main. De multiples événements viennent compliquer sa quête mais l'objectif reste le même : se battre pour l'indépendance de l'Ecosse.

Un film distribué par Netflix

Sans distributeur jusqu'à ce que le géant du streaming n'entre en course, Outlaw King était destiné à sortir au cinéma. Voilà sans doute pourquoi l'histoire de Robert Bruce, premier roi d'Ecosse, semble faite pour être vue sur un très grand écran. Outre les décors, Sigma films et Anonymous Content ont fait un énorme travail sur les effets spéciaux. De ce fameux plan séquence aux scènes de combat rapproché en passant par les actes de torture, Outlaw King regorge de plans grandioses.

C'est sans doute parce que le film de David Mackenzie dispose de diverses scènes-clés que Netflix s'est empressée d'en acheter les droits. En effet, deux semaines avant la mise en ligne d'Outlaw King, sites Internet et blogs commençaient déjà à pulluler de billets consacrés au sexe visible de Chris Pine, l'acteur principal, ou aux autres acteurs qui ont eu le courage (ô combien inouï) de tenter le full frontal au cinéma.

Mais la sortie de lac de Chris Pine n'est pas le seul moment important d'Outlaw King. Le chaos régnant durant la bataille de Bannockburn rappellera aux sériphiles la Bataille des bâtards de Game of Thrones tandis que la relation amoureuse de Robert et Elisabeth (Florence Pugh) ne semble pas si éloignée de celle de Daenerys et Khal Drogo, deux personnages également issus de la série qui mêle drame et fantasy médiévale.

Cela étant dit, l'intérêt principal d'Outlaw King est de permettre aux amoureux de l'histoire du royaume d'Angleterre d'en apprendre davantage. Episode constitutif d'un duel devenu culte entre Mary Stuart, reine d'Ecosse, et Elisabeth Ire, reine d'Angleterre, Outlaw King peut se regarder comme un prequel instructif et nécessaire aux filmsElizabeth, Elizabeth : L'Âge d'or ou aux séries Les Tudors, The Virgin Queen, Elizabeth et Reign (disponible sur Netflix).

Objectif atteint

Presque méconnaissable en Robert Bruce, Chris Pine s'offre ici une transformation utile entre ses incursions similaires dans Star Trek et Wonder Woman. A chaque fois, il y joue un militaire rasé de près, honnête et téméraire. Sans aller jusqu'à dire que son jeu mériterait une pluie de récompenses, force est de reconnaitre celui-ci est impressionnant voire extraordinaire.

Et Chris Pine n'est pas le seul à s'en sortir haut la main. Aaron Taylor-Johnson (Avengers : L'Ere d'Ultron) en impose dans la peau du sanguinaire James Douglas quand Florence Pugh (The Young Lady) s'est trouvée un rôle à a limite d'être dans la continuité de celui qui l'a révélé au grand public. Côté casting, le seul bémol vient finalement de Billy Howle. L'acteur vu dans Dunkerque est atrocement mauvais en prince de Galles.

Loin de révolutionner le genre, Outlaw King s'affranchit rapidement du catalogue Netflix pour figurer au panthéon de ses distributions. Grand film destiné à un public averti, Outlaw King devrait rendre Chris Pine à nouveau in.
 
wyzman

 
 
 
 

haut