alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Le Grinch (The Grinch)


USA / 2018

28.11.2018
 



JINGLE HELL





« Le génie commence avec les abdos. »

Noël est un paradis : une fête éternelle, des loisirs à foison, de l’overdose de sucre, une surconsommation de cadeaux.
Noël est un enfer pour ceux qui sont partisans de la décroissance, qui mangent bio et sans gluten, ou qui détestent Sissi.
Le Grinch est évidemment dans la deuxième catégorie, digne cousin éloigné de Gru.

Personnage iconique de la culture américaine, cette créature verte et poilue, râleuse et ingrate, sans cœur et solitaire, est parfaite pour un humour un peu grinçant et un cynisme assumé.
Avec son chien Max, il forme un duo paré pour des gags à la Tex Avery dans cette prod Illumination. D’ailleurs cette paire n’est pas vraiment dans la lignée de leurs collègues (Obélix et Idéfix, Tintin et Milou), et s’approche davantage côté « losers » de Satanas et Diabolo (Les fous du volant) de La grande course autour du monde, avec Professeur Fate et (un autre chien nommé) Max, et côté couple de Wallace et Gromit (surtout au petit-déjeuner).

Ce qui est intéressant avec ce conte du Dr Seuss, c’est la critique implicite de notre civilisation qui nous oblige à aimer Noël. Ce qui est regrettable c’est que le Dr Seuss nous montre qu’il n’y a pas d’autres choix que d’aimer Noël.

Cette dictature d’un bonheur rouge et vert, aussi artificiel que rapidement insupportable avec ses chants et ses ampoules colorées, aurait mérité un film à la satire cruelle. Malheureusement, les créateurs des Minions ont préféré la morale bien convenue du conte originel et file rapidement vers un récit sage et prévisible.

En vert et contre tous

Heureusement, l’animation (impeccable), les décors (amusants), les personnages (attachants), et la bienveillance de l’ensemble permettent au film d’être à la hauteur des attentes pour une animation familiale américaine et grand public. Ce formatage n’a rien de surprenant.

On peut toujours être déçu par cette psychologie à six sous autour de ce pauvre Grinch ou la simplicité de l’intrigue qui cible les très-petits. Mais au moins, la légère insolence, l’inventivité des machines et les catastrophes qui s’enchainent en font un honnête divertissement qui flirte avec les théories de développement personnel dans l’air du temps.

Finalement ce vieux grincheux bedonnant de 53 ans, façon Jack Nicholson dans Pour le pire et pour le meilleur, va devoir se soumettre à la gentillesse et à l’amour, seules vertus indispensables. Le générique de fin montrera sa nouvelle vie. 6 ans après Le Lorax (du même Dr Seuss), on se dit que les studios Illumination sont quand même mieux inspirés quand ils imaginent leurs propres histoires.

En ne s’affranchissant pas d’une morale traditionnaliste, Illumination empêche une fois de plus le Grinch de séduire un public moins adepte des contes de Noël.
 
vincy

 
 
 
 

haut