Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Betty Marcusfeld
Cervin, la montagne du monde
Chambre 212
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
Joker
La fameuse invasion des ours en Sicile
La grande cavale
Nos défaites
On va tout péter
Papicha
Pour Sama
Quelle folie
Soeurs d'armes
Tout est possible



Parasite
Le Roi Lion
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 2

 
Les Veuves (Widows)


USA / 2018

28.11.2018
 



VEUVES MAIS PAS TROP





« Personne ne pense qu’on a les couilles pour aller jusqu’au bout. »

Cinq ans que l’oscarisé Steve McQueen était loin des grands écrans. Une si longue absence. Plus étrangement, il revient avec un film de « genre ». Sous ses allures de film de casse, voire de thriller, Widows (adaptation d’un roman britannique) est en fait un habile mélange de film noir, drame mélancolique et polar politique.

Le récit oppose finalement plusieurs entités : les noirs contre les blancs, les femmes contre les hommes, les honnêtes (victimes) contre les pourris (violents). On est en pleine campagne électorale, un cambriolage vire au cauchemar, et tous les candidats sont en fait impliqués.

Il ne faut pas s’attendre à un film de cambrioleurs classique. Steve McQueen poursuit son exploration des injustices et des obsessions qui nous conduisent à nous dépasser (ou à nous perdre). C’est à la fois un film sur le manque (d’éthique, d’honnêteté, d‘amour) et sur la volonté (de réussir, de se projeter, de faire confiance).

Si bien que sous ses oripeaux de film grand public, davantage que ses trois précédents, le cinéaste, qui s’ouvre de plus en plus à un cinéma populaire, creuse le même sillon, en reprenant d’ailleurs quelques-uns de ses éléments de Hunger (les vices de la politique ), Shame (la bourgeoise dans ses décors épurés qui plongent dans les bas-fonds et leurs tabous) et 12 Years a Slave (la condition des afro-américains dans une Amérique toujours dominée par les blancs).

Vices et vertus

Ce qui séduit dans Widows c’est bien entendu la mise en scène sophistiquée et singulière pour un film noir finalement assez classique dans son récit. Le prologue n’a rien à voir avec les procédés hollywoodiens habituels, alternant ici une séquence amoureuse suave et une poursuite mitraillée tendue.

Très vite McQueen insère les virus : le népotisme, le rapport père/fils, perdant/gagnant, la corruption, l’avidité, l’amoralité… Avec un scénario remarquablement construit et précis, il plonge quatre femmes dans une épopée qui les dépasse. Réellement féministe, égalitariste même, les mâles en prennent pour leur grade. Et ça fait du bien. Mieux que l’artificiel, consensuel et distrayant Ocean’s 8, ce Widows est au contraire dans la lignée des films qui veulent plaire tout en posant les problèmes qui rongent la société, montrer une voie positive tout en évoquant la toxicité des situations actuelles.

« Ce n’est pas votre monde »

Il suffit d’un plan séquence impressionnant où l’on suit la voiture du candidat WASP qu’on ne voit pas mais qu’on entend discuter) pour comprendre les quelques blocs qui séparent le quartier des afro-américains pauvres des résidences cossues des blancs. C’est un monde d’argent, d’avidité, de cupidité, d’avarice qui est décrit. Le fric les rend fous.

Entre ceux qui ont trop réussi et ceux qui ont trop échoué, les manipulateurs et les ultra-violents, les fourbes et les impatients, les femmes ont finalement le temps de dégommer toutes ces quilles d’un coup de boule. Le réalisateur laisse ainsi le temps d’installer les enjeux, de détailler la psychologie de ses personnages, de dessiner ainsi leur dose de souffrance et de chagrin, de ne pas tricher sur leurs sentiments (elles ne sont pas les meilleures copines du monde).

La confiance est impossible et la trahison partout. Avec un twist inattendu au deux tiers du film, on comprend même que les destins sont brisés bien avant le début de cette histoire. C’est une longue et lente transmission du mal, comme un poison qui s’installe avec le temps, qui porte toutes ces vies : de père en fils, au sein d’un couple, de mère en fille, … les coups sont physiques ou verbaux : le mal est similaire. C’est en cela où Widows est un film post #MeToo. On peut être agressé par un poing ou une parole. Les maux sont identiques.

Avec son rythme syncopé comme un blues, ponctué d’accélérations et de séquences de blues, le film transforme la douleur du deuil en colère difficile à contenir. Le casse ne survient qu’un quart d’heure avant la fin. Les femmes sont prêtes à tout pour prendre le pouvoir.

Et comme c’est un film noir, tout est moral, même dans le mal. La vengeance peut-être éthique. Et le final macabre n’exempte pas les protagonistes de rester dignes. Des veuves pas forcément joyeuses, mais des veuves bien décidées à ne pas être enterrées avec leurs époux défunts. Ce n’est pas le spectacle d’un film qui nous gaverait par son gras et son sucre, mais bien un plat qui se mange froid, avec un certain régal.
 
vincy

 
 
 
 

haut