Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Utøya, 22 juillet (Utøya 22. Juli)


/ 2018

12.12.2018
 



LA RÉALITÉ EN FACE





En relatant en temps réel la prise d’assaut du camp des jeunes travaillistes norvégiens sur l’île d’Utoya le 22 juillet 2011, Erik Poppe parle viscéralement de notre époque, et interroge sur la capacité du cinéma et de la fiction à s’emparer de sujets d’actualité extrêmement récents, et sensibles. A la réflexion, le film ajoute un questionnement formel en proposant un unique plan séquence (d’environ 90 minutes) qui suit Kaja, une jeune fille prise dans la terreur de l’attentat, obsédée par la nécessité de retrouver sa jeune sœur. Kaja est un personnage fictif, créé à partir des témoignages des véritables victimes de l’attaque terroriste. C’est son unique point de vue que l’on embrasse, permettant à Erik Poppe de ne montrer que ce que voit la jeune fille, et donc de laisser les fusillades hors champ (on en entend seulement le son) et de ne pas montrer le point de vue du tireur. Celui-ci n’apparaît d’ailleurs que fugacement dans le plan, sous la forme d’une silhouette floue.

Erik Poppe cherche de cette manière la bonne distance entre une vision purement documentaire, qui montrerait trop de choses, et un regard totalement épuré de violence, qui sonnerait faux. Il livre ainsi un film terrifiant, mais pas tire-larmes, qui réveille douloureusement les souvenirs des nombreux attentats ayant frappé l’Europe et le monde ces dernières années. Il pose surtout la question de comment filmer, aujourd'hui, ce genre d’histoire qui, jusqu'il y a peu, appartenait principalement à l'univers du jeu vidéo (les fameux shoot them up), ou du film d’horreur. Il interroge notre regard de spectateur et montre l'irréversible contamination de la réalité par ce qui n'était que de la fiction, puis de la fiction par ce qui est devenu une réalité. Comment, dès lors, « refictionnaliser » cette réalité sans paraître obscène, maladroit ou manipulateur ? Erik Poppe s’y essaye comme il peut, et n’échappe pas à quelques clichés de mise en scène, principalement des réflexes romanesques de metteur en scène qui ne peut s’empêcher de tenir son spectateur en haleine ou de chercher à créer de l’empathie. Ce faisant, il propose une œuvre dense et forte, dénuée d’ambiguïté, sur les événements d'Utoya, mais il met surtout sur la table la question philosophique de la possibilité, ou de l’impossibilité, de reconstituer l’horreur, et de la filmer de l’intérieur. Question qui n’est probablement pas prête d’être tranchée, mais à laquelle il apporte un début de réponse plutôt positif.
 
MpM

 
 
 
 

haut