90's, premier film du comédien Jonah Hill, est un portrait de jeunesse aussi délicat que touchant. Dans le lLos Angeles des skaters, où musique et skets dictent leurs lois, on suit une bande d'ados désœuvrés qui stoppent le temps sans cesser de rêver.



Cold Blood Legacy
Douleur et Gloire
Fight Club
Hard Paint
Just Charlie
Le Chinois et moi
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Mr Local
Passion
Permanent Green Light
Séduis-moi si tu peux
Swing Time in Limousin
The Dead don't Die
Tous les Dieux du ciel



C'est ça l'amour
Synonymes
90's
Ne coupez pas!
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra



Captain Marvel
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Triple frontière
Entre les roseaux
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Utøya, 22 juillet (Utøya 22. Juli)


/ 2018

12.12.2018
 



LA RÉALITÉ EN FACE





En relatant en temps réel la prise d’assaut du camp des jeunes travaillistes norvégiens sur l’île d’Utoya le 22 juillet 2011, Erik Poppe parle viscéralement de notre époque, et interroge sur la capacité du cinéma et de la fiction à s’emparer de sujets d’actualité extrêmement récents, et sensibles. A la réflexion, le film ajoute un questionnement formel en proposant un unique plan séquence (d’environ 90 minutes) qui suit Kaja, une jeune fille prise dans la terreur de l’attentat, obsédée par la nécessité de retrouver sa jeune sœur. Kaja est un personnage fictif, créé à partir des témoignages des véritables victimes de l’attaque terroriste. C’est son unique point de vue que l’on embrasse, permettant à Erik Poppe de ne montrer que ce que voit la jeune fille, et donc de laisser les fusillades hors champ (on en entend seulement le son) et de ne pas montrer le point de vue du tireur. Celui-ci n’apparaît d’ailleurs que fugacement dans le plan, sous la forme d’une silhouette floue.

Erik Poppe cherche de cette manière la bonne distance entre une vision purement documentaire, qui montrerait trop de choses, et un regard totalement épuré de violence, qui sonnerait faux. Il livre ainsi un film terrifiant, mais pas tire-larmes, qui réveille douloureusement les souvenirs des nombreux attentats ayant frappé l’Europe et le monde ces dernières années. Il pose surtout la question de comment filmer, aujourd'hui, ce genre d’histoire qui, jusqu'il y a peu, appartenait principalement à l'univers du jeu vidéo (les fameux shoot them up), ou du film d’horreur. Il interroge notre regard de spectateur et montre l'irréversible contamination de la réalité par ce qui n'était que de la fiction, puis de la fiction par ce qui est devenu une réalité. Comment, dès lors, « refictionnaliser » cette réalité sans paraître obscène, maladroit ou manipulateur ? Erik Poppe s’y essaye comme il peut, et n’échappe pas à quelques clichés de mise en scène, principalement des réflexes romanesques de metteur en scène qui ne peut s’empêcher de tenir son spectateur en haleine ou de chercher à créer de l’empathie. Ce faisant, il propose une œuvre dense et forte, dénuée d’ambiguïté, sur les événements d'Utoya, mais il met surtout sur la table la question philosophique de la possibilité, ou de l’impossibilité, de reconstituer l’horreur, et de la filmer de l’intérieur. Question qui n’est probablement pas prête d’être tranchée, mais à laquelle il apporte un début de réponse plutôt positif.
 
MpM

 
 
 
 

haut