alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
L'incroyable histoire du facteur Cheval


France / 2018

16.01.2019
 



LE CHÂTEAU DE MA FILLE





« - Je rêve.
- Et vous ne vous ennuyez pas ?
- Non, je suis bien quand je marche.
»

Pour son troisième long métrage de cinéma, Nils Tavernier continue d’explorer le monde des rêveurs, de ceux qui sont suffisamment obstinés pour créer l’impossible. Que ce soit une jeune danseuse (Aurore) ou un jeune tétraplégique (De toutes nos forces), le réalisateur aime ces histoires romanesques où la lumière éclaire même les plus malheureux.

L’incroyable histoire du facteur Cheval poursuit cette thématique, à une variante près : c’est une histoire vraie. Ferdinand Cheval a réellement existé et ce que raconte le film n’a rien d’inventé. Ce facteur taiseux, mais sensible, solitaire, mais amoureux, pas forcément brillant, mais consciencieux, a construit de ses mains durant 33 ans un « Palais idéal » aux influences artistiques cosmopolites. Ce chef d’œuvre, aujourd’hui classé, dans la catégorie art naïf, est en soi un sujet de film.

On découvre ainsi comment un homme, hivers comme été, en marge de ses tournées, malgré les drames de son existence, a été porté par un besoin absolu de construire une œuvre architecturale unique.

Si sa vie est dramatique (veuf, on lui retire son fils, remarié, il perd sa fille), c’est davantage son caractère qui impressionne. Borné et belle âme. Jacques Gamblin mérite clairement le détour pour son interprétation aussi subtile que charismatique, de bout en bout. Il semble tailler pour ce genre de personnages, un peu à part, un peu fou Tavernier installe d’ailleurs davantage son personnage que son histoire.

La folie d’un homme ne produit pas forcément le film fou que l’on attend. Il y a bien de belles images et quelques plans saisissant de ces paysages montagneux ou de ce palais inhabité. Mais le reste du récit est trop classique pour nous surprendre. Au moins, nous apprenons qui était ce facteur Cheval. Entre incidents et sentiments, avec un Gamblin saisissant, le film n’est vraiment pas déplaisant. On regrette que la souffrance s’invite trop régulièrement, flirtant avec la littérature méridionale un peu tragique (Giono, Pagnol), refusant tout humour.

Tavernier se rattrape avec quelques allégories cinématographiques, un beau couple de grand écran, une destinée pas ordinaire et de beaux dialogues : « J’étais pas fait pour ce monde. J’aurai pas tenu sans toi. »

On aurait sans doute aimé être davantage complice, mais, au moins, la résurrection de cet artiste malgré lui et de sa création mirobolante méritait bien une tournée par les salles de cinéma.
 
vincy

 
 
 
 

haut