Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Betty Marcusfeld
Cervin, la montagne du monde
Chambre 212
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
Joker
La fameuse invasion des ours en Sicile
La grande cavale
Nos défaites
On va tout péter
Papicha
Pour Sama
Quelle folie
Soeurs d'armes
Tout est possible



Parasite
Le Roi Lion
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
L'incroyable histoire du facteur Cheval


France / 2018

16.01.2019
 



LE CHÂTEAU DE MA FILLE





« - Je rêve.
- Et vous ne vous ennuyez pas ?
- Non, je suis bien quand je marche.
»

Pour son troisième long métrage de cinéma, Nils Tavernier continue d’explorer le monde des rêveurs, de ceux qui sont suffisamment obstinés pour créer l’impossible. Que ce soit une jeune danseuse (Aurore) ou un jeune tétraplégique (De toutes nos forces), le réalisateur aime ces histoires romanesques où la lumière éclaire même les plus malheureux.

L’incroyable histoire du facteur Cheval poursuit cette thématique, à une variante près : c’est une histoire vraie. Ferdinand Cheval a réellement existé et ce que raconte le film n’a rien d’inventé. Ce facteur taiseux, mais sensible, solitaire, mais amoureux, pas forcément brillant, mais consciencieux, a construit de ses mains durant 33 ans un « Palais idéal » aux influences artistiques cosmopolites. Ce chef d’œuvre, aujourd’hui classé, dans la catégorie art naïf, est en soi un sujet de film.

On découvre ainsi comment un homme, hivers comme été, en marge de ses tournées, malgré les drames de son existence, a été porté par un besoin absolu de construire une œuvre architecturale unique.

Si sa vie est dramatique (veuf, on lui retire son fils, remarié, il perd sa fille), c’est davantage son caractère qui impressionne. Borné et belle âme. Jacques Gamblin mérite clairement le détour pour son interprétation aussi subtile que charismatique, de bout en bout. Il semble tailler pour ce genre de personnages, un peu à part, un peu fou Tavernier installe d’ailleurs davantage son personnage que son histoire.

La folie d’un homme ne produit pas forcément le film fou que l’on attend. Il y a bien de belles images et quelques plans saisissant de ces paysages montagneux ou de ce palais inhabité. Mais le reste du récit est trop classique pour nous surprendre. Au moins, nous apprenons qui était ce facteur Cheval. Entre incidents et sentiments, avec un Gamblin saisissant, le film n’est vraiment pas déplaisant. On regrette que la souffrance s’invite trop régulièrement, flirtant avec la littérature méridionale un peu tragique (Giono, Pagnol), refusant tout humour.

Tavernier se rattrape avec quelques allégories cinématographiques, un beau couple de grand écran, une destinée pas ordinaire et de beaux dialogues : « J’étais pas fait pour ce monde. J’aurai pas tenu sans toi. »

On aurait sans doute aimé être davantage complice, mais, au moins, la résurrection de cet artiste malgré lui et de sa création mirobolante méritait bien une tournée par les salles de cinéma.
 
vincy

 
 
 
 

haut