Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Holy Lands


France / 2018

16.01.2019
 



MI-PIG, MI-CHAGRIN





« Elever des cochons en Israël ? Tu ne pouvais pas jouer au golf comme tout le monde ?! »

Amanda Sthers adapte son propre roman, Les terres saintes. La romancière et dramaturge (Le vieux juif blonde, son meilleur texte) s’offre un casting international pour ce film anglophone (même pour son ex Patrick Bruel, pas forcément le choix idéal au passage, et le maillon faible du film, incontestablement).

Holy Lands est un film bancal et même déséquilibré. Tout ce qui se déroule à New York – la mère en fin de vie, le fils homo renié par le père – s’enlise dans les clichés et le drame, sans susciter un réel intérêt.

En revanche la partie israélienne, portée par James Caan et Tom Hollander, est bien plus réussie, mêlant burlesque et ironie moqueuse, belles séquences de cinéma (l’échappée en mer morte) et dialogues parfois délicieux, entre rhétorique théologique et contradictions humaines.

L’habit ne fait ni le rabbin ni le père

On regrette alors que la réalisatrice ne garde pas cette tonalité tragi-comique, proche de la farce parfois avec ses querelles de Clochemerle, tout au long de son film. On peut même se désoler qu’elle ne pousse pas le curseur plus loin dans le délire. Avec des personnages puérils, elle avait matière à faire d’Holy Lands un bon feel-good movie.

Hélas, la famille new yorkaise plombe tout avec ses désarrois et ses névroses. Chacun a son monologue, assommant, étirant l’histoire, endormant le spectateur. Ainsi, elle alourdit le récit, et parvient même à nous détacher des personnages a priori sympathiques. On préfère finalement ces monstres masculins enfermés dans leur obstination et leur obsessions (religion ou élevage de porc) aux hyper-sensibles ex-femme, fils vedette et fille assistée.

Si bien qu’entre ce monde bourgeois new yorkais, dont tout paraît convenu, et cette campagne israélienne très chaleureuse malgré les passions parfois destructrices, on ne perçoit jamais la cohérence de l’ensemble.
 
vincy

 
 
 
 

haut