Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Another Day of Life


Espagne / 2018

23.01.2019
 



DE GUERRE LASSE





Le documentaire animé a le vent en poupe, et cet Another day of Life inspiré du récit autobiographique du grand reporter polonais Ryszard Kapuscinski surfe clairement sur la vague en nous emportant au cœur de la guerre civile angolaise. Mêlant séquences en animation (qui reconstituent les épisodes tragiques vécus par le personnage), images d’archives d'époque et témoignages contemporains, le film s’ouvre sur une séquence survitaminée imitant le mouvement spectaculaire d’une grue aérienne, qui donne immédiatement le ton : choc, ostentatoire et dénué de finesse. Cela se confirme assez vite avec des images en prise de vue réelle, censées nous donner un aperçu de la capitale Luanda, montrant principalement des femmes danser dans des tenues sexy, et qui reviennent à trois reprises en quelques minutes.

Cela ne s’arrange pas lorsqu’il s’agit d’aborder la question de la guerre, traitée en animation comme dans un jeu vidéo (à grands renforts de bullet time et de sang qui gicle) et dans la partie documentaire comme un formidable levier lacrymal. La séquence où l’un des protagonistes revient sur la route où il avait découvert à l’époque des dizaines de corps criblés de balles est d’une complaisance telle que l’on pense avoir atteint le fond en matière d’instrumentalisation du drame et de la douleur d’autrui. Il n’en sera rien, et le reste du film sera à l’identique, du parallèle maladroit avec la deuxième guerre mondiale à une audacieuse scène d’insecte qui flambe pour évoquer d’autres crimes de guerre.

Si les images d’archives (notamment celles qui montrent la véritable combattante Carlotta) nous touchent et nous captivent, tout le reste est si ouvertement pensé pour choquer et faire pleurer dans les chaumières qu’on se désintéresse vite de ces émotions sur commande. Reste un travail d’animation qui a quelques fulgurances dans ses moments les plus oniriques, mais dont l’utilisation de la rotoscopie n’apporte malheureusement pas grand chose.
 
MpM

 
 
 
 

haut