Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 2

 
Toy Story 4


USA / 2019

26.06.2019
 



LA CITÉ DES JOUETS PERDUS





« Qu’est-ce qu’ils ont tous à sauter par la fenêtre ? »

Les histoires de Pixar prennent souvent place dans des mondes cachés ou transformés : les abysses de Nemo, le futur apocalyptique de Wall-e, les placards des chambres de Monstres et cie, les voitures de Cars, la jungle étrange de Là-haut, le mental d’une gamine… Toy Story, premier long du studio né il y a 24 ans, en avait installé les fondations. Un monde où les jouets prenaient vie une fois que les humains sont endormis ou hors de portée de vue.

Quatrième épisode de la saga, neuf ans après le précédent qui était un sommet dans le genre, avec cette alchimie parfaite entre action et émotion, le film est confié à un bébé Pixar (deux courts métrages, un scénario de long), Josh Cooley.

Après un prologue qui fait le lien entre Toy Story 3 et celui-ci, et qui installe l’enjeu dramatique du cow-boy Woody, le scénario suit une trajectoire assez classique pour la franchise : du confort de la chambre d’enfant aux périls extérieurs d’un voyage en camping-car. Toy Story a toujours été, avant tout, un film d’aventures, avec des gags pour les petits et une dose de plaisir coupable pour les plus grands.

Le film fait donc rire et sourire, tout en restant haletant et en ménageant son final pour ne jamais ennuyer le spectateur de bout en bout. Comme pour toute suite, les personnages évoluent, et on en rajoute quelques uns (la fourchette fabriquée artisanalement tel Frankenstein, brillante idée burtonienne, ou les deux grosses peluches assez laides de fête foraine, duo comique typiquement Disney). Woody ce héros devient un jouet déclassé et il prend conscience que sa place n’est plus celle qu’il croyait. Toy Story 4 aborde davantage l’émancipation, la nécessité de changer de route, de grandir.

Chacun cherche sa voie

Si, côté larmes, le film est un cran en dessous du troisième opus, pour le reste, Pixar n’a pas perdu la main. Ni dans l’humour (l’obsession régulière de la licorne trouve son dénouement vers le final, la fourchette est plus névrosée que Woody Allen, le cascadeur canadien est « priceless »), ni dans les références (les poupées a priori maléfiques semblent sorties d’un film d’horreur ou les clins d’œil comme celui à E.T.), ni même dans le récit, parfaitement construit, hormis deux trois personnages qui s’avèrent vite secondaires voire inexistants. Les scénaristes ont ajouté une dose de romance et de féminisme (que ce soit la bergère-mercenaire, la suave despote du magasin d’Antiquité,…).

Ça fourmille de bonnes idées et le divertissement est un spectacle réjouissant. Il y a une raison à cela : la capacité de Pixar à savoir écrire des scènes d’action dans une unité de lieu et de temps, en multipliant les événements, les menaces et les risques encourus. Face à un Mikado toujours sur le point de s’effondrer, le spectateur retient son souffle, sachant que tout peut vriller dans n’importe quelle direction. La psychologie de chacun des jouets fait le reste. Personne n’est vraiment méchant ou héroïque. Et tout tient sur la nécessaire solidarité du groupe. Toy Story 4 repose sur une poupée qui cherche sa voix et un cow-boy qui cherche sa voie.

« Vers l’infini et au-delà », comme il est dit en conclusion avec une touche de mélancolie. Mais pour arriver à cet horizon indépassable, les auteurs du film nous ont bien fait zigzaguer dans tous les sens dans un roller-coaster – pas plus original que ça mais terriblement efficace. Le miracle se produit d’ailleurs avant le générique. L’émotion, si elle ne nous submerge pas, est palpable. On a grandit avec Woody. Et son choix nous indique qu’il faut savoir quitter l’enfance. Mais pas forcément l’enfant qui est en nous.
 
vincy

 
 
 
 

haut