Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Ville neuve


Canada / 2018

26.06.2019
 



L'AUTRE CÔTÉ DE L'ESPOIR





“Je ne sais pas si j’ai encore envie d’attendre et d’espérer

On est seulement en juin, et Ville neuve est déjà le plus beau film de l’année. Un premier long métrage d’animation, inspiré d’une nouvelle de Raymond Carver, entièrement réalisé à l’encre et au lavis sur papier, en noir et blanc, qui mêle les enjeux intimes aux aspirations collectives pour parler de ces possibles qui sont à portée de main, et qui même s’ils ne se réaliseront peut-être jamais, changent nos vies et la manière dont on les perçoit. Pour les personnages, l’espoir se joue sur deux plans parallèles : les retrouvailles d’un couple qui veut essayer de s’aimer à nouveau, et le mouvement populaire de la campagne référendaire de 1995 pour l’indépendance du Québec.

Construit autour de trois monologues à la beauté saisissante, aussi bien dans leur langue que dans leur propos, et qui nous livrent un instantané fulgurant des sentiments des trois protagonistes, le film capte l’énergie d’une époque dans toute sa complexité et son ambivalence. D’une manière générale, les dialogues, nombreux, sont d’une justesse et d’une finesse d’écriture admirables, à mi-chemin entre l’ironie mordante qui caractérise les êtres revenus de tout et la véhémence des caractères entiers, toujours prêts à se jeter dans la bataille. L’humour fait ainsi jeu égal avec la mélancolie latente et discrète qui baigne le film.

Formellement, Ville neuve est une forme de miracle. On est tout simplement ébloui par la manière dont le réalisateur parvient, sur un format long métrage, à faire tout ce que l’on aime généralement dans le court : se libérer des contraintes narratives ou esthétiques traditionnelles, juxtaposer l’épure d’un cadre presque vide au défi d’un long plan séquence, jouer sur les transparences, recourir à l’abstraction. Expérimenter en toute liberté pour proposer un film qui ne ressemble à aucun autre, et dont chaque choix formel fait écho aux enjeux du récit. Grâce à l’animation, les espaces du rêve, du souvenir, de l’espoir, de l’imaginaire, du collectif et de l’intime cohabitent ainsi à l’écran comme dans l’esprit des personnages.

Ce qui se joue dans le récit, c’est finalement l’avenir d’un couple comme d’un peuple, mais aussi l’affirmation que le possible compte plus que sa réalisation. Le contexte politique parle d’ailleurs en creux de la société québécoise, de ses plaies et de ses désirs, permettant par l’artifice de l’uchronie d’exorciser les défaites du passé. Ce n’est pas la moindre des énergies présentes dans le film, qui semble embrasser en un seul mouvement toutes les trajectoires de la condition humaine, des desseins amoureux aux aspirations sociétales, en passant par la question de la foi en l’art et de sa nécessité, à travers l’hommage à Andreï Roublev de Tarkovski, qui insuffle des échos métaphysiques aux questionnements des personnages.

Peut-être est-ce pour cela que si l’on est si impressionné par Ville neuve, au-delà de sa très grande richesse formelle : parce qu’il semble d’une cohérence absolue, chaque niveau de lecture, chaque élément du récit, et même chaque tonalité entrant en résonance à la fois avec les autres et avec l’ensemble, proposant une oeuvre complète à la complexité infinie, et à la beauté indicible.
 
MpM

 
 
 
 

haut