alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 9

 
Un jour de pluie à New York (A Rainy Day in New York)


USA / 2018

18.09.2019
 



ACCORDS ET DESACCORDS





La vie est pleine de détails pathétiques qui tuent

Qu’on ne se méprenne pas : si le titre du nouveau Woody Allen est pluvieux, son film n’en est pas moins joyeux, et même revigorant, du genre à vous laisser un large sourire aux lèvres pour le reste de la journée. L’argument est efficacement exposé dans une première séquence aux teintes chaudes et à la tonalité légère : Gatsby Welles (oui, oui, en toute simplicité), étudiant peu convaincu, planifie un week-end en amoureux à New York avec sa chère et tendre, la délicieuse Ashleigh, qui doit y interviewer un réalisateur célèbre. L’occasion pour eux de ne surtout pas rendre visite à la (riche) famille du jeune homme, avec laquelle il entretient des rapports compliqués.

Evidemment une fois à New York, le film vire à la comédie romantique dans laquelle les deux protagonistes sont sans cesse séparés et vivent des expériences nouvelles chacun de son côté. Si le procédé n’est pas nouveau dans l’oeuvre de Woody Allen (on pense notamment à l’un des chapitres de To Rome with love), il permet à la fois de proposer deux intrigues parallèles intelligemment liées, et de mesurer la distance qui sépare les deux amoureux, dont l’entente parfaite semble se fissurer sous nos yeux.

Mais Woody Allen n’est pas dans une veine pessimiste ou tragique, et cet éloignement géographique comme sentimental des deux protagonistes donne une comédie très enlevée, bourrée de dialogues pétillants, et même piquants quand on en vient à l’étonnante Selena Gomez en peste pleine d’esprit. Le scénario exploite d’ailleurs habilement le potentiel comique de chaque acteur, de Liev Schreiber en réalisateur torturé à Jude Law en scénariste trompé, en passant par Elle Fanning en charmante nigaude. Timothée Chalamet, lui, enfile avec charme et nonchalance le costume de double de Woody Allen, rêveur romantique et cinéphile, qui ne se sent pas tout à fait à sa place dans l’univers policé des riches familles new yorkaises.

Un jour de pluie à New York brasse ainsi les sujets de prédilection du cinéaste : le cinéma et l’art en général (qui donne envie de tomber amoureux), l'irrationalité de l’amour, le jeu des faux-semblants, le charme des aspérités et des zones d’ombre. C’est un film joyeux, presque adolescent, qui veut encore croire dans une manière de réenchanter sa vie et d’y injecter du romanesque et de l’inattendu, mais aussi de refuser la facilité d’une vie rangée ou de sentiments qui ne soient pas totalement sincères. On aime follement l’allégorie de la pluie qui tombe, et qui divise le monde en deux catégories : les éternels optimistes béats qui se régalent du beau temps et des bonnes nouvelles, et les nostalgiques mélancoliques qui aiment la beauté d’un ciel gris, les paysages sous la brume, et le son de la pluie.
 
MpM

 
 
 
 

haut