Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Martin Eden


Italie / 2019

16.10.2019
 



QUERELLES





« Le monde est donc plus fort que moi. »

Pietro Marcello a été audacieux. Martin Eden, roman du début du XIXe siècle dans une Californie naissante et bouillonnante, se voit ici transportée à Naples, dans une Italie inégalitaire et fracturée.

Nous voici donc embarqués avec ce beau marin dans un voyage initiatique relativement immobile, où il vogue entre deux femmes, deux cultures, deux mondes, le prolétaire adepte de dogmes socialistes et le bourgeois, libéral et soucieux de conserver ses privilèges. Oscillant ainsi de l’un à l’autre, il va choisir une troisième voie, individualiste et littéraire, son Eden à lui. Ce périple intérieur, ponctué de quelques espoirs et bonheurs, mais surtout de désillusions et de douleurs, le conduira vers un seul constat : on ne peut rien changer, ni le monde, ni les hommes. Eden et l’enfer sartrien.

Formidablement incarné par le sublime Luca Marinelli, qui écrase de sa présence tous les autres comédiens, le personnage attire les regards, mais, à l’instar du film, se perd un peu sur la fin. Les ellipses sont trop brutales, les allégories trop floues. Pietro Marcello ne parvient pas dans le dernier quart du film à restituer autre chose que des images qui cherchent leur sens, en oubliant de véhiculer une émotion ou, au minimum, une adhésion, à cette destinée suicidaire.

Un élan bridé

Entre le néo-réalisme italien réhabilité (on pense à De Sica) et les tableaux d’une Italie aristocratique ressuscitée (on songe à Visconti), Pietro Marcello créé, à sa manière, avec quelques images d’archives en plus, une image et une lumière d’une époque révolue. Sans être moderne, il tente malgré tout de donner une couleur, une tonalité à son œuvre. C’est sans doute là que résident les audaces formelles les plus intéressantes, notamment lorsqu’il use des musiques seventies et populaires (Joe Dassin entre autres). Il ne colle pas à une réalité, tenté par l’universalité de son propos à travers ce collage d’influences a priori sans liens.

Aussi précis dans le portrait des nantis que dans ceux des exploités, le cinéaste démontre parfaitement comment les oubliés de la mondialisation et du libéralisme ne peuvent pas progresser : ignorance, manipulation, cupidité, … Comment les certitudes enferment aussi le raisonnement et empêche toute émancipation.

L’aspect romanesque et romantique est plus classique. Si peu charnel qu’il en est un peu froid. Les personnages féminins sont d’ailleurs assez mal traités et maltraités. Il faut tout le talent de Marinelli pour faire passer les nuances de l’évolution de son personnage, au fil des rencontres. Derrière ce scénario assez classique, le réalisateur s’adapte à son sujet en rejetant toute forme de divertissement populaire au profit d’une réflexion, peut-être un peu vaniteuse, sur le pouvoir des images. Mais cela ne suffit pas à élargir le champ : le film, au contraire, s’enferme dans son style, ses tocs et ne cherche plus la singularité qui le rendait si séduisant. Le déclin de Martin Eden s’illustre finalement avec des séquences beaucoup trop brouillonnes pour nous faire ressentir le mal-être qui s’installe.

Martin Eden s’avère alors comme une chronique d’un pays fracturé, où la loi du plus fort s’impose, et où les esprits libres et les érudits n’ont plus leur place. Un tableau amer et pessimiste : chacun reste dans son camp, dans sa classe, dans son rang. C’est d’autant plus noir que l’absolutiste Martin, marin baiseur devenu aristo décadent, finit emprisonné dans un succès qu’il doit à des écrits de jeunesse. Il ne lui reste plus que l’horizon et la mer, loin de ces misérables hommes qu’il a voulu vainement sauver.
 
vincy

 
 
 
 

haut