alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Adoration
Bad Boys For Life
Garanbadal
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
K contraire
La Llorana
Le photographe
Le réseau Shelburn
Luciérnagas
Nanga Parbat
Pygmalionnes
Qu'un sang impur
Scandale



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Abominable


USA / 2019

23.10.2019
 



YETI ET CIE





« Il y a un Yéti sur mon toit.  »

Issu de Pearl Studio, la société de production américano-chinoise créée par Dreamworks en 2012, Abominable n’échappe pas à la ligne directrice édictée par le studio : « faire connaître la culture chinoise à travers le monde et fait en sorte que les productions internationales trouvent un écho en Chine ». On aura donc un peu l’impression à l’issue d’Abominable d’avoir assisté à un formidable film institutionnel financé par l’Office du Tourisme chinois, avec un voyage à travers le pays dont chaque étape se situe près d’un endroit touristique. En tant que spectateur, on n’y aurait d’ailleurs peut-être pas fait plus attention que ça, si le scénario ne le soulignait pas fort maladroitement en insistant sur le fait que chaque lieu visité par l’héroïne et ses amis correspondait à l’une des cartes postales que son père avait précieusement collecté pour elle…


C’est d’autant plus dommage qu’au-delà de cet aspect violemment marketing, on éprouve un réel plaisir devant ce long métrage virevoltant et sensible qui repose sur des personnages attachants et des situations spectaculaires. Le Yéti, par exemple, est une adorable boule de poils dont les pouvoirs magiques donnent lieu à quelques très belles séquences dont la poésie n’est pas feinte. Globalement, un soin méticuleux a été apporté aux paysages traversés par les protagonistes, transfigurés par la magie de de la créature mythique, à l’image du sublime Bouddha géant recouvert de fleurs, ou de la course folle dans les montagnes, à dos de nuages prenant la forme de dauphins et autres créatures marines.


Le récit, bien sûr, demeure assez conventionnel, avec une héroïne qui a ses propres problèmes à gérer (en l’occurence, la mort récente de son père), un voyage initiatique libérateur, et des antagonistes qui ne sont pas réellement ceux que l’on croit. Pourtant, on se laisse entraîner par les multiples péripéties qui émaillent cette mission de sauvetage traitée avec légèreté et humour. Ne jouant jamais sur la carte de l’effroi ou de l’angoisse, Abominable ne cherche en effet pas les effets de suspense gratuit, et passe souvent très vite sur les obstacles rencontrés par la petite troupe qui reste étonnamment soudée malgré les circonstances. On l’aura compris, un spectateur adulte risque de trouver les rebondissements un peu faciles et les rouages d’écriture convenu, et c’est l’une des limites du film. Un spectateur plus jeune et moins aguerri y trouvera en revanche son compte, entre plongée dans un imaginaire dépaysant et fantaisie joyeuse et rassurante.
 


 
 
 
 

haut