Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 4

 
L'adieu (The Farewell)


USA / 2019

08.01.2020
 



COMPLOT DE FAMILLE





« C’est un mensonge pieux. »

L’Adieu fait irrémédiablement penser à Garçon d’honneur d’Ang Lee, où un jeune homosexuel d’origine chinoise devait cacher son copain quand ses parents débarquent à New York. Le mensonge, le choc des cultures, la famille sont les mêmes thèmes qui traversent ce joli et délicat drame de Lulu Wang.

Sauf qu’ici, le voyage est inverse. C’est une jeune new yorkaise, indépendante et fauchée, qui doit retourner dans un pays qu’elle n’a connu que gamine, parce que sa grand-mère, seule racine à laquelle elle parvient à s’accrocher pour survivre, a un lourd cancer.

L’usage est qu’on cache la maladie à celui ou celle qui la porte. Car cela permettrait de vivre plus longtemps (de fait la mamie est toujours vivante au bout de six ans). L’adieu est inspiré d’un vrai mensonge. Il agit comme un livre sur le développement personnel, où l’on conseille la bienveillance, l’empathie et les câlins. Comment annoncer des mauvaises nouvelles ? Il ne faut peut-être pas les dire, ou alors il faut prendre des gants.

C’est ainsi qu’on suit cette famille éclatée entre la Chine moderne, le Japon et New York, où la vieille génération semble bien plus solide que les suivantes. Car, en effet, on constate que la jeunesse est particulièrement paumée, mal dans sa peau, que celle de leur parents est pleine de regrets et de culpabilité, tandis que ceux qui sont restés en Chine assument leur passé communiste et leur avenir capitaliste, leurs valeurs (familiales) et leurs attachement (au pays).

Finement écrit, L’Adieu offre un splendide rôle à Awkwafina, jeune femme mal à l’aise dans son corps, incapable de masquer ses émotions, plus américaine névrosée que chinoise malgré elle. Le canard noir (et pas laqué) de la famille. Elle porte cette schizophrénie des gens à double culture, sans surdoser son sentimentalisme ou ses émotions. C’est son voyage, initiatique et géographique, qui sert de fil rouge au film.

Cependant, Lulu Wang va plus loin qu’une simple réunion de famille. Secrets et mensonges ne feraient au mieux qu’un bon film. Elle y ajoute les mensonges de chacun à soi-même, sur sa vie ou sur son mode de vie. Les mauvaises fois des uns et les hypocrisies des autres. En exposant les contradictions des émigrés de plus en plus déracinés à ceux qui sont restés, elle dresse un portrait assez crû d’une Chine qui ne veut pas avouer ses faiblesses tout en montrant cette Chine transformée, orgueilleuse, conquérante et grandiloquente. On comprend que notre jeune new yorkaise n’y trouve plus sa place, ne reconnaissant rien de son enfance.

C’est surtout sa mise en scène qui permet à L’Adieu de se distinguer. Ces plans un peu distants, presque burlesques, sur fond de musique classique, donnent une allure de vaudeville tragi-comique à certaines situations. Cette causticité se retrouve aussi dans le choix du couple de jeunes mariés, pas vraiment assortis. Ou encore dans la séquence où toute la famille marche en ralenti comme un gang de triade, heureuse d’avoir réussi son coup. Mais c’est aussi grâce à leur mariage que Lulu Wang offre un point de vue sur cette Chine qui s’ennuie, s’enivre, s’empiffre à l’excès. Ses plans fixes sur les invités, ses plans répétitifs sur les membres de la famille confèrent au film un aspect presque documentaire, où la cinéaste photographie une société déjà décadente.

Mais si L’Adieu nous émeut un peu, c’est aussi parce que la cinéaste ne va jamais trop loin, que le récit ne perd jamais son chemin et qu’elle sait où il emmène le spectateur. La force de l’esprit triomphera sur la morale binaire de la vérité et du mensonge. Mais l’arrachement à cette Nai Nai, en caméra subjective, avec quelques larmes de part et d’autres, résonne surtout comme une leçon simple : on n’a qu’une vie, et avant les adieux, il est essentiel de profiter de ceux qu’on aime. Même si notre vie est pourrie.
 
vincy

 
 
 
 

haut